Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

A Bethléem, un olivier vieux comme le monde

En Palestine, près de Bethléem, se tient un olivier qui occupe fièrement sa place depuis plus de 5000 ans… C’est le plus grand et le plus ancien arbre du pays, et son gardien veille dessus chaque jour.

“C’est le plus bel arbre de Palestine”, explique Salah Abu Ali, alors qu’il en fait le tour en inspectant soigneusement chaque centimètre de l’olivier. Cet homme de 46 ans à la barbe hirsute a fait de la protection de cet arbre millénaire une mission, de ce lieu un sanctuaire.

Mais pourquoi cette approche presque religieuse ? Peut-être simplement parce que l’olivier est planté sur ses racines depuis plus longtemps que n’existent le christianisme et l’islam, bien avant l’époque des prophètes de la Terre Sainte.

Ainsi, chaque matin, il se poste à l’ombre de son arbre (le site appartient à sa famille), et se prépare à accueillir les visiteurs, avec de l’eau, du café, et des fruits qu’il vient de cueillir dans son verger. Selon le ministère palestinien de l’Agriculture, l’arbre est estimé à environ 5 000 ans. Il s’étend sur 250 m2, atteint environ 13 mètres de hauteur et ses racines s’enfoncent jusqu’à 25 mètres dans le sol.

Une dimension spirituelle

Les familles des environs l’appellent « l’arbre al-Badawi » – une référence au guide spirituel soufi égyptien, Cheikh Ahmad al-Badawi, qui aurait visité et soigné l’arbre pendant quelques années.

Abu Ali considère, lui aussi, que l’arbre a une signification spirituelle. « Si nous ne préservons pas cet arbre, dit-il, nous serons tenus responsables. Cet arbre n’est pas moins important que les mosquées al-Aqsa ou Ibrahimi. »

Les locaux considèrent également l’arbre comme une source de chance et de bénédictions. Selon Abu Ali, les femmes ramasseraient ses feuilles tombées pour les protéger du mauvais œil. Chaque année, des familles sacrifient leurs moutons pendant la fête musulmane de l’Aïd al-Adha à l’ombre de l’arbre…