Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie Saoudite. Décalé. Innovant.

Al-‘Ula et Dariya : les trésors cachés de l’Arabie saoudite

Al-'Ula © Sammy Six

Al-'Ula © Sammy Six

L’Arabie saoudite ouvre ses portes en grand. Avec son projet de développement des sites d’Al-‘Ula et Dariya, elle invite les touristes de tous les continents à admirer deux trésors du patrimoine mondial.

À la rencontre des Nabatéens à Al-‘Ula

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2008 (premier site saoudien à obtenir cette reconnaissance) Madain Saleh est un magnifique vestige de la civilisation nabatéenne, situé à une vingtaine de kilomètres au nord d’Al-‘Ula. Petite sœur de la ville troglodyte de Pétra, en Jordanie, Madain Saleh est constituée de tombeaux rupestres grandioses, construits à même la roche aux tons d’ocre rouge.

Sur la route du retour vers Al-‘Ula, d’autres entailles monumentales sont visibles dans les reliefs de grès, qui ne sont pas l’oeuvre des hommes, comme l’impressionnant Elephant Rock. Dominée par les montagnes du Hedjaz, Al-‘Ula jouit d’une histoire plusieurs fois millénaire. Elle a notamment été un point stratégique des caravaniers arpentant la route de l’encens. Depuis 2010, un aéroport permet de la rejoindre par vol direct depuis Djeddah ou Riyad.

Dariya, première capitale saoudienne

Dariya est le foyer historique de la famille Al Saoud, qui règne aujourd’hui sur le pays. Capitale du premier royaume saoudien, elle connaîtra son apogée durant la deuxième partie du XVIIIe siècle avant que l’Empire ottoman ne la détruise à plusieurs reprises.

Dariya © Petrovic-Njegos
Dariya © Petrovic-Njegos

Si le prestige et le faste de la capitale sont aujourd’hui les attributs de la proche Riyad (l’actuel Palais royal ne se situe qu’à une dizaine de kilomètres à vol d’oiseau), Dariya n’en garde pas moins la fierté d’être le lieu de naissance du Royaume. À ce titre, elle offre à voir, dans le district d’at-Turaif, l’un des plus beaux exemples de l’architecture géométrique de la Najd. En 2010, il a été le second site saoudien à être classé au patrimoine mondial.

Le tourisme comme levier économique

Qu’elles amènent le visiteur à découvrir les racines de l’unification saoudienne ou à admirer les vestiges préislamiques du Royaume, Al-‘Ula et Dariya occupent une place de choix dans la stratégie de développement du tourisme initiée par le Prince héritier Mohammed Ben Salmane. En effet, les efforts se multiplient pour accroître considérablement la part du tourisme dans l’économie du Royaume (environ 3,3% du PIB aujourd’hui), avec en ligne de mire des objectifs très ambitieux.

À l’horizon 2030, l’Arabie saoudite espère ainsi accueillir 30 millions de touristes par an (contre 8 millions en 2016). En plus du Hajj (le pèlerinage à La Mecque) qui attirera toujours les croyants du monde entier, et le littoral de la mer Rouge pour satisfaire les attentes des vacanciers de luxe, le tourisme saoudien pourra également compter sur ses sites classés pour satisfaire les amoureux d’histoire et de culture.