Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Andreas Skorski : « L’e-commerce a un énorme potentiel dans la région »

Blond aux yeux bleus, toujours vêtu d'une chemise blanche impeccable, le roi du e-commerce au Moyen-Orient a 26 ans. Le jeune entrepreneur allemand Andreas Skorski a décidé de s'installer à Dubaï pour lancer The List, la plateforme du e-commerce qui a levé 1,7 million de dollars en mars 2018.

KAWA : The List a été lancé en 2016 et a recueilli 1,7 million de dollars ce mois-ci. Comment expliquez-vous ce succès fulgurant ?

Andreas Skorski : Ce succès repose sur notre travail d’équipe, sur notre business model unique et évolutif, mais aussi sur le potentiel de la région.

Pouvez-vous nous donner quelques chiffres pour comprendre The List en 2018 ?

Nous prévoyons d’augmenter considérablement notre base de collaboration avec plus de 200 partenariats commerciaux dans 22 pays et d’élargir notre portefeuille de produits. En outre, nous nous développons dans la région, en particulier en Arabie saoudite et au Koweït. Nous comptons tripler notre équipe actuelle de 20 personnes et souhaitons atteindre une croissance à trois chiffres en 2018.

Qu’est-ce qui vous a poussé à quitter l’Allemagne et à lancer votre entreprise au Moyen Orient ?

Mon esprit d’entreprise m’a toujours poussé à quitter ma zone de confort et lorsque j’ai déménagé à Dubaï il y a 5 ans, j’ai réalisé l’énorme potentiel du e-commerce dans la région.

J’ai eu l’idée de relier en ligne les marques aux clients du monde entier quand j’ai constaté que beaucoup de mes propres marques et produits de luxe préférés n’étaient pas disponibles au Moyen-Orient ou seulement à des prix plus élevés. La plupart des marques de luxe n’étaient pas en mesure d’établir leur propre boutique en ligne et d’atteindre les clients à l’échelle mondiale en raison d’exigences en matière de technologie, d’exécution logistique et de marketing.

The List est basée à Dubaï. Pouvez-vous nous en dire plus sur vos clients dans la région ?

Notre siège social est basé à Dubaï, mais nous sommes en mesure d’atteindre les clients du GCC (l’Arabie saoudite, Oman, le Koweït, Bahreïn et les Émirats arabes unis) et, grâce à notre business model, nous sommes même en mesure d’atteindre les clients dans le monde entier.

Nos clients sont plus jeunes que dans les autres régions du monde. Ils cherchent toujours de nouvelles inspiration et les dernières tendances, ils veulent s’exprimer avec des pièces spéciales, inédites et uniques. Ils sont particulièrement intéressés par la mode, les accessoires, le design, l’art et l’intérieur. Ils sont très informés. Ils aiment, par exemple, combiner une montre vintage des années 1970 avec des sneakers modernes en édition limitée. Ou bien décorer leur maison avec un mélange éclectique de meubles design de différentes époques.

“La croissance du e-commerce en Arabie saoudite est encore plus importante que dans les autres marchés du Moyen-Orient”.
Andreas Skorski

Les Saoudiens préfèrent acheter dans des magasins physiques ou en utilisant des plates-formes de commerce en ligne ?

La croissance du e-commerce en Arabie saoudite est encore plus importante que dans les autres marchés du Moyen-Orient en raison d’une offre limitée de produits et de marques. Le pouvoir d’achat repose principalement sur les femmes, en particulier pour les pièces en édition limitée et pour les objets de collection.

Quels sont les articles les plus vendus sur The List ?

Les sacs, les chaussures et les bijoux.

Quelles sont les trois marques les plus vendues sur The List ?

Celaa varie en fonction des saisons et les pays. Cependant, actuellement nos marques phares sont Hermès, Chanel et Balenciaga.

Les femmes dépensent plus que les hommes en ligne ?

Les deux achètent en ligne, juste avec des besoins et des comportements d’achat différents. Les femmes ont tendance à naviguer et à rechercher des inspirations. Les hommes cherchent plutôt quelque chose de spécifique. Actuellement, notre répartition est de 70% de femmes et de 30% d’hommes.

Vintage est une nouvelle partie de l’entreprise qui se développe également au Moyen-Orient. Était-il facile d’expliquer l’intérêt d’acheter un vieux sac / robe dans la région?

Le consommateur de luxe veut aujourd’hui s’habiller de manière unique et aime donc combiner par exemple un sac vintage Hermès ou Chanel avec une pièce des dernières collections de prêt-à-porter. Il est important de mentionner que la plupart de nos produits vintage sont à l’état neuf et proviennent des meilleurs conservateurs du monde entier.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune entrepreneur qui débute une activité dans la région moyen-orientale ?

Ne pas avoir peur, être persévérant et visionnaire, novateur.

Quelle est la prochaine étape pour The List ?

Nous croyons fermement que les nouvelles règles du jeu instaurée par la technologie mobile sont une opportunité à ne pas manquer. De ce fait, nous sommes en train de construire un écosystème de e-commerce mais aussi de lancer des innovations pour mobile (d’abord sur iOS) qui intégreront plus étroitement la vente en ligne mais aussi le hors ligne, et entraîneront la naissance d’une personnalisation du shopping de luxe.