Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Anne Tallineau : « Magnifique de voir tous ces jeunes gens avides de s’ouvrir sur le monde »

Anne Tallineau / DR

Anne Tallineau / DR

Directrice générale déléguée de l’Institut français, Anne Tallineau faisait partie des 50 invités de prestige conviés au MiSK Global Forum les 14 et 15 novembre dernier à Riyadh. Une première visite au royaume qui en appellera a priori d’autres, la France étant le partenaire culturel privilégié de l’Arabie saoudite dans le cadre du développement du site archéologique d’Al-Ula.

Vous visitez l’Arabie saoudite pour la première fois. Quelle impression en gardez-vous ?

J’ai pu rencontrer des interlocuteurs avec lesquels nous espérons développer des relations de travail, des personnes que j’ai trouvé extrêmement intéressées et volontaires, très professionnels et sachant ce qu’ils attendaient et comment nous pouvions éventuellement coopérer. C’est magnifique de voir tous ces jeunes gens avides de s’ouvrir sur le monde et de pouvoir travailler.

Aviez-vous des appréhensions au moment de rencontrer la population saoudienne ?

Je n’ai pas de préconçu mais c’est aussi mon travail de ne pas en avoir. C’est une chose de savoir que 70% de la population de l’Arabie saoudite a moins de 30 ans. C’est autre chose de la voir, de sentir ce désir, cette avidité, cette énergie. Il est vrai que ça ne correspond pas vraiment à l’image que l’on se fait habituellement de l’Arabie saoudite, et c’est très optimiste comme vision.

La France a conclu un partenariat avec l’Arabie saoudite pour le développement du site archéologique d’Al-Ula. De quoi s’agit-il ?

Nous nous intéressons beaucoup à ce projet. Le site historique d’Al-Ula, c’est un site nabatéen qui offre des ruines absolument magnifiques et que le royaume désire mettre en valeur en construisant un grand projet dédié à la culture et attirer un public pour découvrir cette culture. Je n’ai pas encore eu la chance d’aller moi-même sur le site mais je peux vous dire que dès que je l’aurai j’irai.

Concrètement, quel sera le rôle de la France dans ce projet ?

La France est un partenaire officiel du royaume sur ce projet. Nous sommes en lien avec la Commission royale d’Al-Ula qui a été mise en œuvre pour incarner ce partenaire officiel et nous allons développer les coopérations et voir comment nous pourrions être utiles pour mettre en valeur le site et le faire vivre.

Pourquoi, à votre avis, l’Arabie saoudite a opté pour la France pour développer ce projet ?

Nous sommes connus dans le monde pour un certain savoir-faire en matière de patrimoine et notamment en matière d’archéologie – ce sont d’ailleurs des archéologues français qui travaillent sur ce site depuis plusieurs années – mais aussi à travers des marques que le monde entier connait, le meilleur exemple étant évidemment Le Louvre et ce qu’est devenu aujourd’hui Le Louvre Abu Dhabi. Ce sont ces qualités qui ont fait que l’Arabie saoudite a souhaité travailler avec nous.