Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Arabie saoudite : les mystères du désert du Nefoud

Le désert d'An Nafud renferme de bien nombreux mystères.

Le désert d'An Nafud renferme de bien nombreux mystères...

Au coeur du vaste désert du Nefoud, le site de Shuwaymis est inscrit, depuis 2015, au patrimoine mondial de l’UNESCO. De nombreux trésors de la gravure rupestre ont survécu aux coulées de lave et offrent un aperçu surprenant de la vie luxuriante qui peuplait autrefois ces terres arides…

A 300 kilomètres au sud de Hail, le site des Djebels Al Manjor et Raat à Shuwaymis n’ont pas toujours été aussi désertiques. Désormais accessibles en traversant un terrain autrefois recouvert par la lave et où reposent encore les cratères de douze volcans endormis, ce site d’art rupestre est le plus riche et le plus vaste du Royaume et de toute la région.

Dix mille ans d’histoire gravés dans la roche

Ses roches volcaniques présentent de nombreuses gravures rupestres qui content sur près de 10 000 ans, l’histoire de peuples tels que les Thamoudéens et les Nabatéens, ayant peuplé la région avant la civilisation arabe. Ces peuples ont laissé un témoignage fabuleux de la vie qu’ils menaient alors, en images… Mais aussi en mots ! Avec des inscriptions gravées dans des alphabets très anciens, d’une beauté aussi rare que précieuse.

Les vestiges d’une région débordante de vie, mais aujourd’hui disparue

La région n’était alors pas si désertique et en ce temps-là, la chaîne d’Umm Sinman surplombait un lac d’eau douce d’où s’échappait un cours d’eau qui arrosait hommes et animaux.

Les pierres relatent des modes de vies d’alors en nous montrant des hommes en train de pêcher, de commercer et de conduire des caravanes. Elles nous relatent également l’évolution de leurs manières de vivre avec le processus de désertification qui modifie peu à peu l’environnement. D’ailleurs, les espèces animales comme les boeufs ou les bouquetins pour les gravures les plus anciennes laissent progressivement place aux chevaux ou aux dromadaires. Toutefois, le mystère reste aujourd’hui entier concernant la présence de lions gravés dans leur taille réelle… En effet, pour ce que l’on sait, aucun lion n’aurait jamais peuplé ces terres d’Arabie…