Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Azeema : « Les femmes du monde arabe sont mises dans le même sac »

Basées à Londres avec des origines saoudiennes, soudanaises et pakistanaises, Jameela, Sunayah et Noor ont entre 23 et 25 ans. Elles ont lancé le magazine AZEEMA, un magazine qui célèbre la diversité des femmes du Moyen-Orient, du Maghreb et de l’Afrique. Un magazine qui casse les stéréotypes avec l’objectif de “rassembler les femmes, de les inspirer et les renforcer, individuellement ou collectivement”.

KAWA : Le mot Azeema devrait nous transmettre un certain pouvoir. J’espère que nos lectrices ressentent cela en lisant le magazine : elles doivent se sentir puissantes et fortes, quel que soit le contexte politique et social dans lequel elles vivent.

AZEEMA : Pouvoir ne veut pas uniquement dire rébellion ou résistance, mais identifier le pouvoir aussi dans la fragilité et dans la féminité. L’objectif est de rassembler les femmes pour inspirer, à la fois individuellement et collectivement.

Quelle est le stéréotype des femmes de la région MENA? Qu’est-ce que les gens ignorent à leur sujet ?

Les femmes du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord sont souvent mises dans le même sac, on pense qu’elles sont toutes pareilles, alors qu’en réalité la région MENA est composée de différentes cultures et traditions. Dans chaque numéro, nous essayons de présenter différents traits de la région et plus encore. Nous voulons montrer ce qui est souvent ignoré : la beauté de la diversité, le travail intelligent et innovateur des femmes de cette région.

Qu’est-ce que représente le voile en Europe en 2018 ? Est-ce un symbole de conservatisme ou de résistance ?

Comme partout, il y a ceux qui sont plus tolérants aux différences par rapport à leur norme et il y en a qui sont moins ouverts. Ceci s’applique en Europe. Le symbole du voile appartient au cœur des femmes qui choisissent de le porter. Chez AZEEMA, nous encourageons la tolérance et l’acceptation de l’autre.

Les deux dernières années ont été mouvementées au Royaume-Uni. En 2016, Londres a élu Sadiq Khan : un maire musulman d’origine pakistanaise. Quelques mois plus tard, le Royaume-Uni a décidé de quitter l’Europe. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

Les deux événements peuvent ne pas être liés. Ce qui est évident, c’est que l’influence de la droite a augmenté depuis, avec plus de signes d’isolationnisme et de protectionnisme, ce qui encourage le racisme. Cependant, cela ne changera pas nécessairement la diversité au Royaume-Uni.

La couverture de votre premier magazine affiche une femme voilée conduisant une voiture. Pourquoi ?

Le shooting de Borders (ndlr, premier numéro de Azeema) a été initialement lancé pour soutenir les femmes saoudiennes qui n’avaient pas le droit de conduire. Des femmes qui devaient faire face à cette situation depuis longtemps. Notre objectif était de sensibiliser sur la situation, tout en montrant une image forte – pour obtenir aussi une réaction des gens. L’interdiction de conduire pour les femmes en Arabie a maintenant été levée, ce qui est incroyable et un grand pas dans la bonne direction !

Quelle est la plus grande frustration pour une fille musulmane dans le Royaume-Uni ?

L’une des plus grandes frustrations pour les filles musulmanes qui grandissent au Royaume-Uni ou dans le reste de l’Europe est le choc des cultures à la maison et à l’extérieur. Il peut être difficile d’avoir certaines règles, attentes et traditions à la maison et de devoir ensuite s’adapter à la société qui vous entoure. Cela met beaucoup de filles musulmanes sous pression pour trouver un compromis entre les deux cultures.

Quel est le rôle de la mode dans le développement des femmes ?

La mode fait partie de l’expression de soi. Cela va de pair avec le développement et l’apprentissage de soi en encourageant l’exploration et en renforçant la confiance.

Avez-vous un message pour les filles et les femmes musulmanes en Europe ?

AZEEMA est un espace où vous êtes acceptées, aimées et célébrées, nous vous invitons donc à partager cette plateforme avec nous.