Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Bafétimbi Gomis, l’épanouissement à la saoudienne

Dans une récente interview accordée à SoFoot, l’attaquant français, actuellement en poste dans le club saoudien d’Al-Hilal s’est confié sur ses choix, sa vie, et son avenir. Et n’en déplaise à beaucoup de puristes prompts à critiquer ses décisions sportives, la panthère se dit complètement épanouie en Arabie saoudite.

Après son départ auréolé de gloire d’un club de Galatasaray en difficulté financière, Bafétimbi Gomis a posé ses valises dans le club phare d’Arabie saoudite : le Al-Hilal Football Club. Alors âgé de 33 ans et en fin de carrière, il a fait un choix pragmatique, qu’il assume à 100 % : “À un certain âge, l’aspect économique devient important. J’ai toujours dit qu’une carrière réussie, ça réunissait plusieurs choses : le football, parce que c’est la priorité ; la famille, qu’elle s’adapte bien et que l’on soit bien installé ; puis, enfin, le volet financier. Al Hilal m’a permis de réunir les trois, c’est un très grand club”, explique le natif de la Seyne-sur-Mer dans les colonnes de SoFoot

Un bilan humain plus que positif

Aujourd’hui épanoui sportivement -il figure dans les meilleurs du buteurs du championnat chaque année-, il en vient ensuite à décrire la douceur de sa vie saoudienne : “C’est un pays où il fait bon vivre, contrairement aux a priori. La qualité de vie est top, je suis épanoui en tant que citoyen saoudien. Pas grand-monde ne connaît l’Arabie saoudite parce que les frontières étaient fermées, ce qui empêchait le tourisme. Il y a des paysages, une histoire magnifique et un peuple très généreux. Je pense que ce sera un pays qui comptera, dans un futur proche”. Son constat est sans équivoque : Bafé ne tarit pas d’éloges sur son pays d’accueil. Une question demeure toutefois, envisage-t-il de s’y installer pour de bon au terme de son contrat ?