Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Blockchain : la Banque centrale d’Arabie saoudite choisit le Ripple

Les banquiers saoudiens seront bientôt des utilisateurs actifs de la technologie blockchain pour régler les paiements transfrontalier.

L’Autorité monétaire saoudienne (SAMA) a récemment signé un accord avec Ripple, une société de logiciels spécialisée dans les fintechs, afin de lancer un programme pilote pour tester xCurrent. Après la Banque d’Angleterre, SAMA devient ainsi la deuxième banque centrale au monde à utiliser la technologie blockchain dans la conduite de ses missions.

« xCurrent, mais de quoi s’agit-il », direz-vous ? C’est un logiciel qui permet aux banques de régler instantanément les transactions transfrontalières entre elles – par « elles » on entend toutes les banques utilisant les solutions Ripple, au sein du réseau RippleNet – avec une plus grande transparence, des coûts plus bas, et surtout avec beaucoup plus de rapidité.

Le Ripple intéresse les banques centrales de plusieurs pays

« Les banques centrales du monde entier s’intéressent à la technologie blockchain, reconnaissant qu’elle peut révolutionner les paiements transfrontaliers, réduisant ainsi les barrières commerciales pour les entreprises et les consommateurs», assure Dilip Rao, responsable innovation & infrastructures chez Ripple.

De plus en plus de banques et d’institutions financières examinent les possibilités ouvertes par la blockchain. C’est notamment le cas du Crédit Agricole (banque française), qui teste actuellement xCurrent pour gérer les transactions transfrontalières entre la France et la Suisse. Environ 90 000 de ses clients sont des Français travaillant en Suisse, et payés chaque mois en francs suisses : xCurrent pourrait permettre à réduire le délai des virements, les faisant passer de quelques jours à quelques minutes.