Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Ces films arabes qui pourraient se rendre aux Oscars 2020

Un an après la nomination de “Capharnaüm” de Nadine Labaki et “Pères et fils” de Talal Derki pour un Oscar, une poignée de films issus du Moyen-Orient ont été soumis dans la catégorie “Meilleur long métrage international” en vue de la 92ème édition des Oscars prévue en 2020.

Ca doit être ça le paradis, de Elia Suleiman

Ce film raconte l’histoire d’un Palestinien, qui fuyant son pays d’origine en quête d’une terre d’asile meilleure, se rend compte que partout où il se trouve, la Palestine le suit comme son ombre. Ce conte burlesque qui explore l’identité, la nationalité, l’appartenance et où résonne en toile de fond la question “où peut-on se sentir chez soi ?”, a conquis le monde du cinéma cette année en remportant la mention spéciale du jury au Festival de Cannes. 

Adam, de Maryam Touzani

Adam nous plonge dans la Médina de Casablanca, où Abla, veuve et mère d’une fillette de 8 ans, tient un magasin de pâtisseries marocaines. Quand Samia, une jeune femme enceinte frappe à sa porte, Abla est loin d’imaginer que sa vie changera à jamais. Une rencontre fortuite du destin, deux femmes en fuite et en chemin vers l’essentiel. S’il reste le premier film de Maryam Touzani, ce long métrage cassant les tabous pourrait toutefois avoir son billet pour les Oscars.

Roses empoisonnées, d’Ahmad Fawzi Saleh

Que ne ferait-on pas par amour pour les nôtres ? Dans ce long-métrage, Saqr renonce à quitter le bidonville où il vit avec sa famille, malgré son désir profond de réaliser ses rêves au-delà cette vie difficile, par amour pour sa soeur. Un drame poignant, qui a récemment été sélectionné par le Syndicat des professions cinématographiques pour représenter l’Egypte aux Oscars 2020 dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère.

Cher fils, de Mohamed Ben Attia

L’histoire percutante de “Cher fils”, nous plonge dans le quotidien de la famille de Sami, un adolescent qui s’apprête à passer son baccalauréat. Issu d’une famille appartenant à la classe moyenne, Sami a des migraines à répétitions qui inquiètent ses parents. Et quand tout semble aller pour le mieux, un drame se produit, bousculant à jamais cette famille attachante. Après son premier film primé, “Hedi”, Mohamed Ben Attia semble être en marche vers les Oscars avec “Cher fils”.