Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Comment les Libanais ont mis fin au projet de “taxe Whatsapp” ?

Quelques jours après la proposition du gouvernement Libanais d’imposer une taxe sur les appels émis via Whatsapp et sur d’autres applications similaires, le ministre des Télécommunications, Mohamed Choucair vient d’annoncer l’abandon du projet suite à une vague à travers le pays de protestations publiques . Mais que s’est-il passé ?

“La Taxe Whatsapp”

En début de semaine, les membres du gouvernement Libanais ont discuté d’un plan visant à imposer des frais lors des appels passés via l’application mobile Whatsapp et sur d’autres applications similaires de communication en ligne. Dans le détail, la proposition prévoyait d’imposer des frais de 0,20 USD par jour, pour tout appel émis via Voice over Internet Protocol (VoIP), ce qui aurait entraîné des frais mensuels de l’ordre de 6 $ pour les utilisateurs. Cette taxe appelée “taxe Whatsapp” faisait partie des mesures visant à augmenter les recettes dans le budget de 2020 du Liban.

Les réseaux sociaux s’en mêlent

Quelques heures après l’annonce de la mise en place prochaine du projet “Taxe Whatsapp” par le ministre des Télécommunications Libanais, Mohamed Choucair, sur Al Jadeed TV, des milliers de Libanais ont pris part à diverses manifestations à travers le pays notamment à Beyrouth, mais également sur les réseaux sociaux.

 

« Je préfère arrêter d’utiliser Whatsapp plutôt que de payer 6$. Vous nous avez pris assez d’argent. 6$ x 100000, ça suffit ! »

Le Liban étant considéré comme l’un des pays les plus chers de la région en ce qui concerne les tarifs de téléphonies mobile, Libanais et Libanaises n’ont pas hésité à exprimer leurs frustrations, parfois avec une pointe d’humour.

 

« Toujours se rappeler:  1 appel manqué = j’ai quitté la maison. 2 appels manqués = je suis arrivé.  »

Et… le gouvernement cède

Face à l’actuelle crise économique qui affecte la monnaie du Liban et le mécontentement populaire en hausse, le Ministre Libanais des Télécommunications, Mohamed Choucair a finalement cédé, permettant ainsi à l’ensemble du projet de la “Taxe Whatsapp” de ne pas aboutir, pour le plus grand bonheur de la population.