Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Confinement : 3 plats “réconfortants” du Moyen-Orient

Repas partagé en famille

Si, vous aussi, vous avez eu envie d'un repas réconfortant fait maison mais avez souvent dû vous résigner du fait de ne pas avoir assez de temps, cette période de confinement est le moment opportun de passer un peu de temps en quarantaine entre les murs de votre cuisine. La plupart d'entre nos étant confinés dans nos foyers pour une durée indéterminée, la consommation de repas curatifs et savoureux sera un facteur important pour rester en bonne santé, tant mentalement que physiquement.

Les plats traditionnels du Moyen-Orient sont réconfortants par nature. Conçus pour être partagés, avec leurs saveurs et leurs arômes réconfortants qui se diffusent dans toute la maison. Un facteur clé de la saveur inimitable de ces plats réside souvent dans la patience, qui permet aux épices de se superposer et de développer leur saveur. 

 

Voici trois recettes que vous devriez prendre le temps de réaliser, maintenant que le temps est devenu une ressource abondante. 

 

Aushak (boulettes afghanes)

 

 

Ces mignonnes et conviviales boulettes, Au même titre qu’elles seront consommées en famille, peuvent être confectionnées en famille. Une fois cuites -à la vapeur- et servies, il restera à décider à qui reviendra la dernière. Zizanie imminente ? S’il est probable qu’à ce stade de l’enfermement, passer plus de temps avec sa famille semble peu attrayant, le jeu en vaut clairement la chandelle.

 

Les ingrédients sont mélangés avec leurs épices aux saveurs distinctes. La pâte tire son goût d’une pâte d’oignons verts piquante et poivrée, tandis que, traditionnellement, l’agneau haché joue le rôle central dans la garniture. Mais personne ne vous en tiendra rigueur si vous optez pour la viande de bœuf hachée, ou même si vous la remplacez par un mélange de légumes. Pour relever encore un peu plus les saveurs, une sauce rouge flamboyante est saupoudrée sur le dessus, ainsi que des généreuses cuillerées de yaourt rafraîchissant.

 

Fassoulia

 

Le stress relatif au COVID-19 s’est incontestablement infiltré dans les foyers du monde entier. Chaque membre de la famille a probablement sa propre méthode pour faire face à l’anxiété, mais ce ragoût de haricots saura sans doute apaiser tout le monde…

 

La meilleure partie de ce plat réside dans sa polyvalence et, à une période où même une visite à l’épicerie relève de l’exceptionnel, l’utilisation d’ingrédients qui se trouvent dans votre placard devrait vous faciliter la vie. Selon les pays, certains utilisent des haricots blancs, d’autres des haricots verts, et dans certains cas, on utilise de l’agneau, alors que dans d’autres, ce sont des tomates qui viennent compléter le tout. 

 

Coupes de Knafeh 

 

Pour les moins partageurs, voici des versions individualisées de la très populaire kunafa, ou knafeh. Cette pâte au fromage trempée dans le sirop est la vedette de presque toutes les tables du ramadan, pendant l’iftar, le repas qui rompt les heures de jeûne. 

 

Mais aujourd’hui, il est socialement acceptable de se livrer à ces petits délices à n’importe quel moment de la journée, n’importe quel jour de l’année. La pâte fine qui ressemble à des nouilles, ou alternativement à de la semoule, est trempée toute la nuit dans un sirop sucré, puis généralement recouverte de fromage, ou selon la région, de crème coagulée et de noix. 

 

 

Cette période de confinement mondial sans précédent bouleverse nos pratiques habituelles, et certains en souffrent plus que d’autres. Peut-être cette période peut rappeler à chacun la liberté qu’il a toujours tenu pour acquise, et apaiser tout le monde, avec des plaisirs simples comme la nourriture.