Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Connaissez-vous ces 3 oeuvres de la collection Najd ?

Jean-Léon Gérôme, Riders crossing the desert

La collection Najd est sans doute la plus importante collection privée d’oeuvres en lien avec le monde arabe. Le 22 octobre prochain, la société Sotheby’s procèdera à la vente aux enchères de 40 peintures issue de celle-ci. L’occasion pour Kawa de vous présenter en présenter certaines… 

Jean-Léon Gérôme, Riders crossing the desert

Peinte en 1870, cette peinture met en scène la traversée du désert d’une caravane en Egypte, sous l’âpre soleil de l’après-midi. Gérôme évoque le calme et la solitude totale de l’air du désert. La chaleur est rendue palpable au spectateur à travers le soleil brillant sur les robes de couleur vive des coureurs. La note accompagnant l’oeuvre est peut-être ici la mieux à-même de décrire la scène : “La composition en frise de la peinture souligne la progression déterminée des cavaliers, tandis que le contraste entre la précision du groupe de premier plan et les grands voyageurs à pied et à dos de chameau suggère une caravane qui s’étend loin dans le lointain”. Ces différents éléments créent une impression d’espace et de mouvement qu’aucun autre artiste orientaliste n’aurait pu donner sur une toile de cette taille (41x56cm). Cela explique sans doute pourquoi la peinture est estimée entre £3M et £5M

Osman Hamdy Bey, Koranic instruction 

Il a été le premier artiste turc à s’approprier le style occidental et à l’utiliser pour peindre son pays d’origine. Osman Hamdy Bey, peut-être plus qu’aucun peintre orientaliste, incarne le pont qui existe entre les cultures européennes et orientales. Dès lors, il devient un interlocuteur légitime à la prise de parole critique, au commentaire ou au jugement sur les coutumes de son pays, qu’il trouve trop conservatrices. Dans Koranic instruction, qu’il signe en 1890, on peut retrouver des éléments allant dans ce sens, entre l’imam qui reste chaussé dans la mosquée, ou l’élève qui semble somnolent. Là encore, la toile devrait rapporter une petite fortune : l’agence estime la vente entre £3M et £5M 

 

Gustav Bauernfeind, Market in Jaffa 

Gustav Bauernfeind est un peintre, illustrateur et architecte allemand, parti s’installer à Jérusalem. Il est considéré comme l’un des meilleurs peintres orientalistes d’Allemagne. Son œuvre se caractérise principalement par des vues architecturales de Jérusalem et de la Terre Sainte, avec des travaux pour la plupart méticuleusement réalisés, composés de manière complexe et presque photographiquement exacts. Son Market in Jaffa parvient à rendre de manière extrêmement fidèle l’architecture locale et le fourmillement d’une rue passante. D’après Sotheby’s, son oeuvre devrait se vendre entre £2,5M et £3,5M.