Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Coupe du monde : l’Arabie saoudite bat l’Egypte et sauve l’honneur

L'Arabie saoudite sauve l'honneur en Coupe du monde en battant l'Egypte (2-1) © Saudi National Team

L'Arabie saoudite sauve l'honneur en Coupe du monde en battant l'Egypte (2-1) © Saudi National Team

Le derby arabe du groupe A s’est soldé par une victoire saoudienne (2-1). Un succès qui sauve l’honneur des Verts et crucifie une Egypte décevante.

Éliminées de la Coupe du monde après leurs défaites face à la Russie et l’Uruguay, l’Arabie saoudite et l’Egypte s’opposaient ce lundi dans le dernier match du groupe A. Un derby arabe dont les Faucons Verts sont sortis vainqueurs au bout du suspense (2-1).

Mohamed Salah, toujours

On aurait pu croire que l’enjeu dérisoire – la troisième place du groupe A – laissait présager une rencontre morose. Que nenni : les honneurs auront suffi pour offrir à cet « arabico » une intensité et un engagement digne d’un match couperet : 22 tirs dont 10 cadrés pour l’Arabie saoudite, 8 dont 6 cadrés pour l’Egypte.

Dominateurs dans le jeu (61% de possession), les Saoudiens ont pourtant été surpris après 22 minutes de jeu sur un magnifique lob de l’inévitable Mohamed Salah. Le joueur de Liverpool se montrait, en revanche, moins en réussite deux minutes plus tard en manquant son face-à-face avec Yasser Al-Mosailem, tout comme son compatriote Trezeguet à la demi-heure de jeu (33e).

L’Arabie saoudite sauve l’honneur

Jusque-là tout en maîtrise, les Pharaons se sabordaient à 5 minutes du terme du premier acte. Fathi commettait d’abord une main dans sa surface (39e) obligeant le gardien vétéran égyptien Essam El Hadary à l’exploit sur le pénalty de Fahad Al Muwallad. Puis Ali Gabr confirmait la fébrilité défensive égyptienne en déséquilibrant le même Al Muwallad dans les 16 mètres (45e +1). Le portier, devenu le joueur le plus âgé à prendre part à un match de Coupe du Monde, ne pourra rien sur la deuxième sentence signée Al-Faraj.

Transcendés par cette égalisation, les Saoudiens sont apparus plus entreprenants dans le second acte, titillant, par plusieurs fois, les réflexes d’Al-Hadary (69e, 70e, 82e). C’est finalement Mohammed Al-Dawsari, dans les derniers instants de la rencontre qui finira par trouver la faille (90e+4) sur une remise d’Otayf. L’Arabie saoudite sauve l’honneur, l’Egypte de Mohamed Salah sort par la petite porte.