Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

COVID-19 : nouvelle baisse de cas en Arabie saoudite, record de contaminations en Irak

Source : BigStock

Alors que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 continue d’augmenter dans le monde, particulièrement en Amérique latine et aux Etats-Unis, l’expansion du virus semble plutôt freinée au Moyen-Orient. Une tendance qui récompense les mesures sanitaires drastiques opérées par certains Etats de la région, même si la crainte d’une "deuxième vague" reste vive.

Accalmie en Arabie saoudite

Avec 1795 cas et 27 décès enregistrés le 29 juillet, par opposition au pic la pandémie – 4919 nouveaux cas et 39 décès le 17 juin – l’Etat saoudien confirme la baisse d’activité du virus sur son territoire. Il faut dire que le royaume, particulièrement touché par la pandémie, avec 274 219 cas pour 2 842 décès, a multiplié les mesures pour limiter la propagation du virus : confinements, couvre-feux, port du masque obligatoire en public, prières suspendues dans les mosquées… Même le hajj a été grandement limité cette année, avec seulement quelques 1 000 et 10 000 pèlerins résidents dans le royaume sélectionnés pour effectuer le grand pèlerinage de La Mecque. Pour rappel, en 2019, 2,5 millions de musulmans s’étaient rendus dans la ville sainte pour effectuer ce rituel, l’un des cinq piliers de l’islam.

Aux Emirats arabes unis, la crainte d’une reprise

Alors que le nombre de nouvelles contaminations au COVID-19 avait sensiblement baissé ces dernières semaines aux Emirats arabes unis, le pays a enregistré une légère augmentation du nombre de nouveaux cas cette semaine (375 le 29 juillet contre 211 le 19 juillet). Malgré des mesures sanitaires toujours en vigueur dans le pays, les autorités appréhendent une reprise de l’épidémie, d’autant qu’en cette période de vacances de l’aid, la multiplication des vols internes fait craindre un relâchement de la vigilance de la population.

Source : BigStock

L’Irak peine à freiner la pandémie

Deuxième plus grand foyer du virus dans le monde arabe avec plus de 121 000 cas confirmés et 4671 décès, l’Irak a enregistré ce jeudi un nouveau record du nombre de nouveaux cas sur son sol avec 2 968 contaminations. Le pays semble dépassé par l’ampleur de la pandémie, enregistrant des pénuries d’oxygène dans plusieurs hôpitaux. Avec un système de santé au bord de la rupture conjugué à une chute vertigineuse des cours du pétrole, l’Irak fait fatalement fasse à une crise économique et sociale majeure.

Source : AP