Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Daniel Ilabaca : “De ma pratique physique au monde de l’entreprise, le Parkour me permet de surmonter des obstacles”

Avec dix-huit années d’expériences, Daniel Ilabaca est un “traceur” hors pair, excellant dans le Parkour, une discipline sportive qui consiste à franchir successivement des obstacles à l’aide de mouvements agiles et rapides sans l’aide de matériel. Rencontre avec cet acrobate qui perçoit davantage le Parkour comme une philosophie de vie que comme un simple sport.

En bon “traceur” qu’il est, Daniel Ilabaca joue sans filet. Depuis plus de dix-huit ans, cet athlète pratique quotidiennement le Parkour et arpente les ruelles et les toits du Royaume-Uni à coups de sauts, glissades et autres figures acrobatiques pour s’entraîner. Son talent lui a finalement ouvert les portes de l’industrie du cinéma. De passage au Misk Global Forum en novembre dernier à Riyad en Arabie saoudite, le freerunner a pris le temps de nous expliquer ce qu’est le Parkour et ce que cette discipline sportive représente pour lui au quotidien.

 

Le Parkour, une expérience de vie

Lorsqu’on l’écoute parler, on se rend compte que depuis sa tendre enfance, Daniel a le Parkour dans la peau. A l’image de Mozart et la musique, d’Einstein et la physique, ce jeune génie du mouvement a décelé ses talents dès le plus jeune âge. “J’ai toujours été actif depuis que je suis enfant. Il n’y a jamais eu un jour où je ne l’ai pas été” se souvient-il. Cette bougeotte qui ne l’a vraisemblablement jamais quitté s’est d’abord transformée en une passion au lycée, avant de devenir quelques années plus tard son véritable métier.

Comme pour le Parkour, il lui a toutefois fallu franchir des obstacles et non sans une bonne dose de persévérance, une cuillerée de maturité et un zeste de chance pour arriver au sommet de sa catégorie. “J’économisais mon argent et j’allais à Londres chaque semaine juste pour m’entraîner. Et il se trouve que j »ai été au bon endroit au bon moment. Finalement, j’ai commencé à faire des vidéoclips. J’ai ensuite commencé à faire des publicités et à auditionner pour des films, puis enfin j’ai commencé à travailler dans l’industrie du cinéma comme cascadeur nous confie t-il le sourire aux lèvres.

 

Aujourd’hui, si pour beaucoup d’entre nous le Parkour consiste simplement à pouvoir aller d’un point A à un point B le plus efficacement possible en surmontant des obstacles qui se dressent sur notre chemin, pour Daniel cette activité sportive est devenue une réelle philosophie de vie qui s’applique à bien des situations. “Ce que j’ai appris grâce au Parkour, je l’applique dans la vie professionnelle, ou dans d’autres défis […] Vous pouvez surmonter physiquement les obstacles, mais vous pouvez aussi les emmener dans différents secteurs d’activités et surmonter ces obstacles au sein d’une entreprise. Pour moi, c’est donc sans aucun doute intégré à toute mon expérience de vie admet-il.

Une porte ouverte sur le monde

Au fil des années, le freerunner a eu la chance de côtoyer différents traceurs à travers le monde. De l’Europe à l’Asie, en passant par le Moyen-Orient, Daniel a pris conscience du pouvoir fédérateur du Parkour. L’Egypte est un endroit où j’allais souvent avant de découvrir Riyad. J’ai eu la chance d’y rencontrer une communauté géniale et de me former avec eux. J’ai pu avoir d’excellentes conversations parce que il ne s’agit pas seulement de parkour, c’est aussi une philosophie que de s’asseoir et discuter avec les gens, connaître leur vie”, explique Daniel.

 

Si Munich et le Japon ont été ses deux coups de coeur, Daniel reste friand de nouvelles villes comme Riyad qui s’ouvrent de plus en plus à cette discipline sportive. “Je sais qu’ici à Jeddah, il y a une communauté importante de personnes qui pratiquent le Parkour”, nous confie t-il. Une discipline sportive, symbole d’une porte ouverte sur le monde et sur de multiples possibilités auxquelles Daniel espère prendre part très prochainement à Riyad. Au final pour le traceur, qu’importe la ville où l’on pratique le Parkour pourvu qu’on y trouve quelques murs et une communauté accueillante.