Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Deezer lève 160 millions d’euros et met le cap sur le Moyen-Orient

Deezer lève 160 millions d’euros et met le cap sur le Moyen-Orient

Deezer lève 160 millions d’euros et met le cap sur le Moyen-Orient

La plateforme de streaming musical française a fait entrer dans son capital le fonds souverain saoudien Kingdom Holding Company et le géant de la musique arabe, Rotana. Objectif : investir le marché moyen-oriental où son concurrent Spotify est peu présent.

Deezer lorgne le Moyen-Orient. La plateforme de streaming musical française a annoncé jeudi une levée de fonds de 160 millions d’euros réalisée auprès du fonds souverain saoudien Kingdom Holding Company ainsi que la société de production arabe Rotana, dirigée par le prince Al-Waleed bin Talal. L’opération, qui a également enregistré la participation des groupes Access Industries, Orange et LBO France, devrait permettre à Deezer d’accélérer son développement dans la région.

« Cette levée de fonds devrait nous permettre à la fois de financer l’accélération de notre développement sur des marchés en forte croissance et de renforcer nos positions dans des territoires clés », s’est ainsi félicité Hans-Holger Albrecht, PDG de Deezer, dans un communiqué.

Deezer, nouvelle licorne française

Pour Deezer, le Moyen-Orient constitue effectivement un marché stratégique « où le secteur du divertissement est en pleine croissance », comme le rappelle le communiqué. Il l’est d’autant plus que son principal concurrent et numéro 1 mondial, Spotify, y est très peu implanté. L’accord établi avec Rotana, premier producteur et distributeur de musique en langue arabe de la région, va par ailleurs permettre à Deezer de distribuer le catalogue musical de son nouveau partenaire en exclusivité.

A noter qu’avec cette levée de fond, l’entreprise française est désormais valorisée à 1 milliard d’euros et intègre ainsi le club fermé des licornes françaises – les startups valorisées à plus d’1 milliard de dollars – aux côtés de Vente-Privée (2,6 milliards d’euros) ou encore Blablacar (1,4 milliard d’euros).