Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Des chameaux à trois bosses découverts sur la péninsule arabique

Des chameaux à trois bosses découverts sur la péninsule arabique

Des chameaux à trois bosses découverts sur la péninsule arabique

Une colonie de chameaux à trois bosses a été découverte cette semaine à Oman, dans le désert de Rub al-Khali. L’espèce, dont l’origine est encore méconnue, pourrait être apparue des suites du réchauffement climatique.

C’est une découverte invraisemblable qui vient d’être faite cette semaine dans le désert du Rub al-Khali, sur la péninsule arabique. Une colonie de chameaux à trois bosses a en effet été repérée à Oman dans la région d’Al-Wusta non loin de la frontière saoudienne. Le camélidé, qui s’est vu attribuer la dénomination de camelus tribocus, constitue pour l’heure une énigme biologique.

Deux espèces de chameaux, ou camelus, étaients jusqu’à présent connues : le camelus bactrianus, ou chameau de Bactriane, qui présente deux bosses et est d’origine asiatique et le camelus dromedarius, plus communément appelé dromadaire ou chameau d’Arabie, qui présente une unique bosse et est répandu en Arabie ainsi qu’en Afrique du Nord. Un hybride des deux espèces existe, celles-ci étant interfécondes : il s’agit du Turkoman. Celui-ci ne présente qu’une bosse et est plus corpulent que les deux premiers cités.

Une mutation due au réchauffement climatique ?

Si l’origine du chameau à trois bosses est encore inconnue, deux hypothèses sont aujourd’hui avancées par la communauté scientifique pour expliquer cette découverte. La première est une mutation génétique récente. « Il est possible que la colonie soit apparue il y a quelques décennies à la suite d’une mutation rare dans le génome d’un camélidé de la région », explique Meshal al-Jassim, chercheur à la faculté de Sciences de l’Université du Roi Saoud à Riyad en Arabie saoudite.

S’il s’agit d’une mutation génétique, la cause de celle-ci pourrait être le réchauffement climatique et la sélection naturelle qui en aurait découlé à en croire Meshal al-Jassim : « Si la mutation est d’origine naturelle, elle pourrait être expliquée par la hausse des températures dans la région et le besoin pour les camélidés d’une bosse supplémentaire pour stocker plus d’eau et de nutriments. »

Une espèce ancestrale

Ahmad al-Harthi, directeur du département d’archéologie de la Sultan Qaboos University de Mascate à Oman, soutient une autre hypothèse. Selon lui, le chameau à trois bosses serait une espèce préhistorique. « Plusieurs peintures rupestres datant du deuxième millénaire avant Jésus-Christ et découvertes sur la péninsule arabique suggèrent que les hommes de la région utilisaient les chameaux à trois bosses pour l’agriculture et le transport”, insiste Ahmad al-Harthi.

Des peintures rupestres préhistoriques dans le désert d'Arabie suggèrent que l'homme utilisait autrefois le chameau à trois bosses
Des peintures rupestres préhistoriques dans le désert d’Arabie suggèrent que l’homme utilisait autrefois le chameau à trois bosses

Mais alors comment expliquer que l’espèce n’ait jamais été découverte avant aujourd’hui ? Pour al-Harthi, la réponse est très anodine. « Récemment, une tribu aborigène a été découverte au Brésil, dans la forêt amazonienne, raconte-t-il. Cette tribu a probablement vécu des siècles sans interaction avec le monde extérieur, dans une zone peu ou pas accessible à l’homme. Le chameau à trois bosses a été retrouvé dans l’immensité aride du désert de Rub al-Khali où peu d’hommes s’aventurent. On peut tout a fait croire que l’espèce a survécu tous ces siècles loin des regards. » En attendant d’en savoir plus sur cette nouvelle ou ancestrale espèce, la rédaction de KAWA vous souhaite un joyeux 1er avril.