Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

La diversification de l’économie en Arabie saoudite passera par la cigarette

La facture est salée pour les fumeurs en Arabie saoudite.

La facture est salée pour les fumeurs en Arabie saoudite.

Coup dur pour les fumeurs en Arabie saoudite. Le prix du paquet de cigarettes a doublé en juin dernier avec l’instauration du droit d’accise sur le tabac. Cette mesure est une des premières applications concrètes de la diversification de l’économie prévue par le plan Vision 2030. Le Gouvernement espère compenser les pertes dues à la baisse de revenus liés au pétrole et inciter la population à un mode de vie plus sain.

Le prix du paquet de cigarettes a doublé, passant selon les paquets entre 9 et 12 riyals à entre 18 riyals et 24 riyals. Autrement dit de 3 euros à 6 euros.

Le Gouvernement saoudien espère enrayer un phénomène de société. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), près de 7 millions de personnes dans le monde décèdent chaque année suite à une consommation active ou passive de la fumée de tabac.

Consommation de tabac en Arabie saoudite

Adultes (+15 ans) Adolescents (13-15)
Hommes 23,7 % 21,2 %
Femmes 1,5 % 9,1%
Total 12,2 % 14,9 %

Le Royaume reste un importateur majeur de cigarettes. En 2013, il se hissait à la 6ème place mondiale (FAO).

C’est, entre autres, pourquoi l’Arabie saoudite a décidé de traiter cet enjeu de santé publique dès 2002 avec un programme national de contrôle du tabac. En 2005, le Royaume rejoint la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, avec une interdiction progressive de tabac dans les lieux publics.

Quantité de cigarettes importées en 2013 (en tonnes)
Quantité de cigarettes importées en 2013 (en tonnes)

Le droit d’accise a également été instauré pour les boissons énergisantes et les sodas. Parallèlement, l’Arabie saoudite prévoit la généralisation de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur une sélection de produits à partir de janvier 2018.

Le Fonds Monétaire international (FMI) prévoit une stagnation de l’économie saoudienne pour le moment. L’activité du secteur non pétrolier serait encore trop faible pour compenser les pertes de recettes dues à la réduction de la production pétrolière.

2012 2013 2014 2015 2016 2017 (projections)
PIB réel (taux de croissance annuel) 5,4 2,7 3,7 4,1 1,7 0,1

Mais les observateurs extérieurs, tels que le département des études économiques du Crédit Agricole, s’attendent à un retour à l’excédent dès l’année prochaine. Selon la banque française, les mesures prises commencent à produire des effets positifs sur la balance des paiements. Elle note tout de même que les mesures tardent à avoir les mêmes effets sur les finances publiques.

La principale cause serait la politique sociale du Royaume, encore fortement orientée vers la préservation des acquis financiers de la population. Le FMI note tout de même « des progrès considérables dans la préparation de la mise en oeuvre de l’agenda de réformes ambitieux ».