Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Documentaire : À la découverte du street-art arabe

Avec “It ain’t where you from”, littéralement “Ce n’est pas d’où tu viens”, actuellement visionnable en ligne chaque jour dans le cadre du festival Shubbak, le danseur et réalisateur Philip Rachid met la lumière sur la culture et la communauté street art à travers le monde arabe.

Le festival Shubbak, le plus gros festival de culture arabe contemporaine du Royaume-Uni, qui se passe en ce moment à Londres, offre souvent la possibilité de découvrir de superbes pépites, entre ateliers de cuisine, groupes de réflexion, et prestations artistiques.

À partir d’aujourd’hui, les visiteurs du site internet du festival auront tout à loisir de visionner chaque jour le documentaire “It ain’t where you from”, du réalisateur et danseur irakien Philip J. Rachid, aussi connu sous le nom de Soul Trotter. Ce film de 30 minutes emmène le public de Beyrouth à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, où, au travers d’interviews et de monologues, il rencontre certains des danseurs, rappeurs et artistes qui composent la communauté des “arts de la rue” du Moyen-Orient.

 

Philip J Rachid est un réalisateur Irakien qui a grandi aux Pays-Bas.

Un travail de longue haleine

Le projet est né petit à petit. Soul Trotter est impliqué depuis de nombreuses années dans le milieu, notamment par le biais d’événements consacrés au breakdance qu’il organise à Dubaï, et il ne lâche jamais sa caméra. Dès lors, il dispose de la matière brute. Mais ce n’est qu’après avoir été commissionné par le festival, ainsi que par le Arts Centre de l’Université de New York à Abu Dhabi, que le projet commence à prendre forme.

D’un point de vue sociétal, le film présente un regard intéressant sur l’approche de la culture urbaine par le monde arabe, entre une nouvelle génération passionnée et inspirée, et des aînés encore très attachés aux traditions. Ainsi, au fur et à mesure que l’on découvre les différents profils, on perçoit le street art tantôt comme une source de pression sociale, et tantôt comme un outil indispensable d’expression de l’identité.

 

Dans le monde arabe comme ailleurs, la danse est un formidable moyen d’expression.

Un documentaire à voir sans tarder sur la plateforme du Shubbak Festival ! Un Q&A filmé avec l’équipe est également accessible sur Youtube, juste ici !