Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Desert X : l’art contemporain s’invite à AlUla

13 artistes venus du monde entier, 13 œuvres d’art contemporain, 13 différentes expériences mises en place dans le désert d’AlUla. Les superstitieux n’ont qu’à bien se tenir…

A quelques encâblures de Maraya, chef d’œuvre de design et d’architecture, une délégation d’artistes nationaux et internationaux s’expriment afin de tenter de sublimer l’endroit. Tâche ardue s’il en est… Pourtant, dès nos premiers pas dans le dédale de roche et de sable qui abrite le cœur de la création, force est de reconnaître que le contrat est rempli.

A concise passage, de Rashed Alshashai

Il y a les œuvres époustouflantes de beauté, comme celle du Franco-Tunisien eL Seed, qui a disposé une calligraphie ocre, de forme circulaire, tout en relief, que l’on n’appréciera à sa juste qu’en prenant un peu de hauteur. Celles lourdes de sens, à l’instar de celle du saoudien Rashed Al Shashai, intitulée A concise passage, qui met en scène la montagne elle-même, rappelant son rôle de refuge protecteur des caravanes qui empruntaient jadis les routes commerciales, et dont la forme, la couleur, la structure, le moindre élément possède un rôle et une signification – même les matériaux, des palettes de plastique, sont un clin d’œil au commerce actuel.

Enfin, des œuvres joignent l’agréable à l’agréable, permettant aux moins amateurs d’art de profiter d’une infrastructure aussi originale qu’inattendue, comme ces grandes balançoires placées en hauteur (One, two, three, swing, du collectif d’artistes danois Superflex), qui donnent des ailes aux visiteurs pour leur permettre de survoler la vallée, ou encore cette douzaine de trampolines (Now you see me, now you don’t, de la saoudienne Manal Al Dowayan), qui récolte indéniablement les faveurs de la grande majorité des visiteurs, les enfants en tête de file.

« Une vraie foire d’art contemporain »

De l’avis même de spécialistes du genre, comme Edouard, directeur artistique Français en visite pour découvrir la région, « c’est une belle entrée en matière pour l’art contemporain, avec des artistes scrupuleusement choisis. On découvre des installations fun, mais également pédagogiques, sur l’histoire et la culture du pays. C’est une manière intéressante de découvrir un pays encore mystérieux pour nous ».

Mohamed Ahmed, Falling Stones Garden

Hugo, designer à Paris, abonde en ce sens et souligne le « potentiel incroyable de cet événement, avec la possibilité de rassembler encore plus d’artistes internationaux et de créer quelque chose de génial, qui pourrait s’apparenter à un Art Basel, ou en tout cas à une vraie foire d’art contemporain et attirer ici toute une population internationale ». Nous sommes tentés de les croire, tant nous quittons le lieu les yeux remplis d’étoiles …