Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Dubai Expo 2020: cap sur le futur de la péninsule arabique

Du 1er octobre dernier au 22 mars 2022, Dubai héberge l’exposition universelle 2020, la première à se dérouler au Moyen-Orient. Une occasion de se retourner sur les innovations techniques et scientifiques de la région. Zoom sur ces pavillons arabes et leurs propositions pour le futur. 

“Connecter les esprits, créer l’avenir”, tel est le mantra choisi par Mohammed Rachid al Maktoum, le sheikh de de Dubai lors de sa candidature pour héberger cette nouvelle édition de l’Exposition universelle 2020.

Pendant 182 jours, 196 pavillons nationaux viennent proposer des pistes aux nouveaux enjeux de demain réunis autour de trois quartiers: mobilité, le développement durable, et opportunité. Une trilogie d’ambitions qui incarne la volonté de l’émirat de développer des villes toujours plus intelligentes, plus connectées et plus technologiques, sans pour autant renier les défis écologiques qui nous attendent dans les prochaines décennies.

 

Emirats Arabes Unis

En tant que pays hôte de l’Expo 2020, le pavillon des EAU était naturellement très attendu. Un challenge dont le pays s’est saisi avec l’aide de l’architecte suisse-espagnol Santiago Calatrava, qui s’est lui-même inspiré de la tradition de la fauconnerie, un sport emblématique ancestral pratiqué depuis 4000 ans par les bédouins des Emirats arabes unis dans la construction du bâtiment.

Une gigantesque structure dont le design reprend les ailes d’un faucon en plein vol. Conçues en fibre de carbone, ces dernières peuvent légèrement s’ouvrir ou se refermer pour former des panneaux photovoltaïques. Vu de côté, la bâtisse peut aussi faire penser aux tentes des bédouins typiques de la péninsule arabique, traversé à son centre par une lumière zénithale qui comprend également le logo de l’exposition.

 

Pavillon des Emirats arabes unis

 

Durable et respectueuse de l’environnement, elle est aussi connectée à son entrée par une sorte de “canal” inspiré de “ El falaj”,  un ancien système d’irrigation qui permettait d’acheminer l’eau des wadis (vallées) au désert, et qui existe toujours aujourd’hui dans une version améliorée. À l’intérieur, la scénographie laisse une grande place à l’histoire et l’héritage des UAE,  pour lentement progresser vers le présent et surtout l’avenir, mettant en avant les success stories de ses habitants.

Un premier espace, recouvert de sable véritable, propose des projections qui retracent l’histoire des Emirats : des premiers bédouins pêcheurs de perles, à la découverte du pétrole et l’unification du pays. Un écran digital offre également aux visiteurs la possibilité de se plonger dans le futur du pays. Enfin, une vidéo et une série de portraits intitulés “dreamers who do” (rêveurs qui font)  mettent à l’honneur le rêve émirati et ceux qui sont venus à l’Expo, portés par une vision qu’ils ont réussi à mettre en oeuvre, comme l’entrepreneure éthiopienne Orit Mohammed, fondatrice de la célèbre chaîne de café Boon coffee.

 

Oman

 

De son côté, le pavillon omanais a rendu hommage aux arbres à encens, notamment le Boswellia carteri dont la résine aromatique est extraite dans le sud du pays et est réputée pour produire des encens de très haute qualité. Fierté nationale, puisque cet arbre et son encens sont cultivés dans le gouvernorat de Dhofar dans le sud du pays, il est l’élément central de ce pavillon dont l’architecture ressemble à celle d’un arbre, avec des branches fabriquées en matériau naturel.

 

Pavillon d’Oman à l’Expo 2020

 

À l’intérieur, le visiteur peut visionner une projection qui raconte les origines de l’encens, ses techniques de production et la façon dont  il a circulé au travers des civilisations. Dans une autre salle, des “cristaux” qui ont l’apparence de résine d’encens sont suspendus au plafond et diffusent des vidéos informatives sur la culture omanaise et ses avancées scientifiques récentes en matière de management de l’eau ou encore sur la manière dont l’encens pourrait participer à coloniser Mars dans le futur.

Un pavillon conçu comme une passerelle entre l’héritage national d’Oman et son futur, incarné par de jeunes Omanais prometteurs dont les travaux sont d’ailleurs exposés. Parmi eux, Younis Al-Siyabi, le fondateur de Wakan Tech, une startup qui aide les fermiers à polliniser leurs dattiers avec des drones ou encore Fatma Al Ma’amari, une docteur en physique qui a reçu une récompense pour ses recherches sur la manière dont on peut limiter les dommages causés par l‘extraction de minéraux rares dans la création de gadgets électroniques, en les remplaçant par des matériaux durables.

 

Arabie saoudite

Massif bâtiment s’érigeant de la terre vers le ciel, le pavillon saoudien de l’Expo 2020 Dubaï représente une sorte de grande fenêtre ouverte vers le futur du pays. Et pour cela, le royaume n’a pas lésiné sur les moyens. Conçue par le cabinet Boris Micka associés, la structure a fusionné architecture et nouvelles technologies.

Véritable exploration interactive, l’exposition qu’elle abrite est une invitation au voyage à travers l’histoire, le présent et le futur de la nation. Dès son arrivée, le visiteur est reçu avec des messages d’accueil tels que  “bienvenue en Arabie saoudite”, “on vit des temps excitants” “créer le futur”, qui défilent sur sa façade constituée d’un grand écran-miroir LED de plus de 1300 m2.

 

Pavillon de l’Arabie saoudite

 

Un escalator le mène ensuite jusqu’aux différents sites historiques du royaume comme les habitations traditionnelles de la vieille ville de Jeddah (les rashawins, ces balcons de bois classés au patrimoine mondial de l’UNESCO), puis le visiteur est plongé dans une immersion audiovisuelle à travers divers lieux touristiques du pays, comme la mer rouge ou le désert d’Arabie, grâce à de vastes écrans courbés.. Un spectacle de lumière interactif projette aussi des œuvres d’artistes contemporains saoudiens sur le plus grand sol lumineux interactif au monde, créé pour l’occasion et composé de 7,798 lampes LED.

Enfin, fidèle à la traditionnelle hospitalité saoudienne, le pavillon se veut aussi un laboratoire de café et de dégustation. Après l’annonce récente de la sélection de l’Arabie Saoudite comme pays d’accueil de l’Expo 2030, il est une sorte de mise en bouche de ce que les visiteurs pourront voir dans neuf ans, en présentant les initiatives phares de ces prochaines années, comme le programme touristique de la mer rouge, Néom ou encore la ville de divertissement Qiddiya.

Un succès au rendez-vous puisque seulement un mois après l’ouverture, l’Expo universelle a déjà reçu 500 000 visites.