Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Dubaï, le nouveau paradis des influenceurs internationaux en temps de pandémie

Alors que la planète entière est frappée par la pandémie, de plus en plus d’influenceurs et ex-stars de la téléréalité française prennent la poudre d’escampette direction Dubaï où ils peuvent se dorer la pilule loin des contraintes liées au coronavirus.

« Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés. » Un refrain qui pourrait bien résumer les derniers posts Instagram de certaines stars de l’influence ces derniers mois. En France, comme à l’étranger, ils sont nombreux depuis plusieurs semaines à avoir plié bagage pour rejoindre la plus sulfureuse des villes des Emirats arabes unis : Dubai.. Mais qu’est-ce qui peut bien pousser des personnalités comme Nabilla et Thomas Vergara ou encore les Marseillais Manon Marsault et Julien Tanti a quitter la cité phocéenne pour s’installer au milieu du désert. Retour sur l’histoire d’un exode 2.0.

« Brand publishing » et posts ensoleillés

Avec son taux d’ensoleillement maximal toute l’année, ses plages de sable fin, et son architecture futuriste au milieu du désert, Dubaï a de quoi re-pimper n’importe quel feed Instagram morose surtout en ces temps de confinement. Alors que la plupart des citoyens du monde entier ont vu leurs déplacements limités, assignés à résidence, la ville émiratie a continué d’ouvrir ses frontières aux touristes désireux de s’y rendre, permettant ainsi à l’industrie du tourisme de profiter de la baisse de régime de ses concurrents à l’international. 

Mais surtout, les Emirats arabes unis comptent bien devenir la première destination du tourisme de luxe au monde et pour cela, les influenceurs du monde entier sont un excellent relai, comme l’expliquait Issam Kazim, directeur général de la Dubai Corporation for Tourism and Commerce Marketing (DCTCM). en 2020 au magazine Forbes : « Nous avons beaucoup investi pour développer et diffuser de nouveaux contenus. Nous avons renouvelé ceux qui projetaient une image datée et partielle. Nous produisons du brand content, des vidéos, ciblons des opportunités de diffusion ou des collaborations avec des influenceurs pour communiquer des informations précises et montrer aux voyageurs des facettes de Dubaï qu’ils ne connaissent pas.« 

C’est notamment le cas de la célèbre blogueuse fitness britannique Sheridan Mordew qui  expliquait aux présentateurs de l’émission télé londonienne This Morning à quel point il était important pour elle de motiver son public et de publier du contenu ensoleillé. Elle a vite été rejointe par des dizaines de blogueurs mode anglais qui partagent régulièrement leurs photos de plage et de crème solaire relayés par le hashtag #mydubai créé par l’office du tourisme de l’émirat.

Un territoire favorable pour les marques

C’est sans compter sur les avantages fiscaux et financiers dont regorge la ville, puisqu’il n’y a pas d’impôt sur le revenu ni sur les sociétés et que la main d’oeuvre est très peu chère,  ce qui peut faire de l’oeil aux influenceurs dont beaucoup se lancent dans la création de marque propre comme Nabilla Beauty, Osée Beauté ou JTbyTANTI. Mais si Dubaï recèle certains avantages fiscaux, la ville représente surtout un territoire de marque favorable aux placements produits des influenceurs. Les posts sponsorisés sont devenus considérables en story ou sur leur feed Instagram et rien de tel qu’un beau ciel bleu, des palmiers et piscines azurées pour mettre en avant du contenu comme le racontait la société d’influence marketing parisienne Kolsquare au quotidien 20 minutes :« Lorsque vous êtes un influenceur à Dubaï, vous pouvez imaginer faire la promotion de boots pour skier l’hiver et trois minutes plus tard, vous retrouver sur un yacht pour la promotion d’une marque de maillots de bain. Il y a une plus grande facilité à concevoir et créer du contenu pour les marques qui vous sollicitent. »

Un paradis sécuritaire

Au-delà de l’aspect professionnel et pécuniaire, Dubaï attire aussi pour sa sécurité et par l’anonymat qu’elle peut offrir à des influenceurs étrangers. Nombreux sont ceux qui ont expliqué les raisons de leur départ par des agressions ou cambriolages dont ils ont fait l’objet auparavant, à l’instar du Marseillais Julien Tanti qui se confiait le 22 février dernier au magazine Télé Star : « J’ai subi sept agressions : six cambriolages et un braquage. Quand tu as une famille, tu te dis qu’il faut aller ailleurs. A Dubaï, la sécurité est impressionnante. En France, je ne sortais plus de chez moi. Je restais enfermé à la maison. Avec mes enfants, ce n’était pas le top de vivre comme ça. C’était mon seul problème ici, l’insécurité, et je ne suis pas le seul. »

En effet, la starlette de la téléréalité Maeva Ghennam a elle aussi déclaré avoir pris la décision de quitter la France suite à un braquage même si pour cela, cette dernière a dû à réviser son dress code un peu “houleux” pour s’adapter aux coutumes locales de l’émirat.