Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Egypte : des chercheurs restaurent les hiéroglyphes d’un temple vieux de 2000 ans

Une équipe de chercheurs allemands et égyptiens sont parvenus à restaurer des inscriptions au sein du temple d'Esna en Egypte. Certaines d’entre elles ont mis en évidence des constellations égyptiennes jusqu’alors inconnues.

On avait redécouvert le temple d’Esna (ou de Khnoum) il y a environ 200 ans. Dès lors, l’édifice, situé dans la vallée du Nil a commencé à susciter l’intérêt des scientifiques, à juste titre puisqu’il avait encore des secrets à révéler. Si ses ruines ne comprennent plus qu’un vestibule, celui-ci s’est avéré particulièrement riche. Massif (37 mètres de long, 20 m de large et 15 m de haut), il comporte de nombreuses inscriptions et d’imposantes fresques.

Nouvelles recherches…

Pourquoi était-il intéressant de reprendre les recherches dans le temple ? Tout simplement parce que les travaux du spécialiste français Serge Sauneron publiés entre 1963 et 1975, à cause des couches de suie, de poussière et des excréments d’oiseau qui recouvraient encore les gravures, étaient incomplets.

Bien inspirées, les équipes de scientifiques allemands et égyptiens, d’avoir repris le flambeau, car après deux années d’efforts, les chercheurs sont parvenus à retrouver la couleur et la finesse des inscriptions, “comme si elles avaient été faites hier”, explique le Pr. Christian Leitz à Live Science.

… Nouvelles découvertes

Ainsi, on retrouve sur les murs et le plafond du temple des cartouches faisant référence aux divinités de l’époque ainsi qu’à l’empereur romain d’alors : Trajan. Mais la principale découverte s’adresse davantage aux amateurs d’astronomie qu’à ceux d’histoire puisque les fouilles ont permis de découvrir des gravures faisant lumière sur des constellations encore inconnues. En effet, aux côtés de la Grande Ourse et d’Orion, on retrouve dans le temple d’autres groupements d’étoiles, comme par exemple « Apedu n Ra ». Cependant, précise le Pr. Leitz, sans image pour accompagner les descriptions, difficile de déterminer de quelles étoiles de la voûte céleste nocturne il s’agit.