Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Egypte : une mégacité pousse dans le désert

La nouvelle capitale administrative égyptienne commence à prendre forme. Souvent comparée au Dubaï africain, ce projet pharaonique de cité ultra-moderne pourrait devenir un véritable atout économique et social pour le pays mais aussi pour le continent.

A environ 45 km du Caire, étendue sur 720 km2, les nombreux chantiers deviennent progressivement des bâtiments vertigineux. Le mégaprojet urbain lancé en 2016 envisage d’ici 2028 d’offrir toutes les solutions aux difficultés structurelles de la capitale, entre autres son désengorgement et une promesse de croissance.

Une opportunité économique pour la région

Pour le moment, la nouvelle ville ne connaît que le passage d’hommes d’affaires et investisseurs. Pour autant, des ambassadeurs onusiens en visite ont reconnu à l’Egypte un projet audacieux et nécessaire pour le développement du continent. En effet, la création d’infrastructures modernes et efficaces qu’ambitionne le pays, pourrait être une clé de la croissance économique.

La construction de la capitale administrative à mobiliser un financement à hauteur de 58 milliards de dollars, approvisionné par environ 600 investisseurs dont une centaine du monde arabe. Outre les firmes internationales, diverses compagnies égyptiennes sont impliquées dans la mise en œuvre de la ville et ont ainsi saisi une grande opportunité de croissance. Selon les autorités égyptiennes, 50 pays auraient déjà sécurisé leur espace dans la nouvelle capitale.

 


Une ville pharaonique et technologique

Le plan de la ville est quadrillé de grands axes routiers, d’une longue ligne de train électrique et de bâtiments somptueux. A ce titre, l’Iconic Tower attire toutes les attentions, en devenant la plus haute tour d’Afrique, culminant à 394 mètres. Munie de 79 étages, l’édifice disposera de bureaux, d’appartements et de chambres de luxe.

Les Egyptiens promettent par ailleurs l’édification d’une ville connectée qui facilitera le quotidien des 6 millions d’habitants et 1,7 millions d’emplois qu’elle prévoit d’accueillir. Le groupe allemand Siemens en coopération avec le promoteur immobilier égyptien Al-Attal Holding entendent en effet ériger un complexe résidentiel et commercial intégrant le métaverse et l’intelligence artificielle (IA), notamment pour le contrôle à distance des installations techniques.

Pour l’heure, le pays vient d’annoncer que la première phase de la construction est sur le point de s’achever. Ainsi, les dix quartiers résidentiels, le quartier gouvernemental, le quartier des finances et des affaires et l’Iconic Tower ont dépassé le stade de projet pour devenir des réalités. La ville devrait accueillir ses premiers habitants d’ici 2 ans.