Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Émirats : découvrez la dernière création de l’architecte africain le plus en vogue

La renommée de l’architecte britanno-ghanéen David Adjaye n’est plus à faire : réputé à l’international pour ses créations aux quatre coins du monde telles que l’Ecole de Management Skolkovo de Moscou en Russie, la Cathédrale nationale du Ghana située dans la ville d’Accra ou encore la Wall Street Tower en plein coeur de Manhattan à New-York, c’est aux Emirats Arabes Unis qu’il bâtira son prochain projet prévu pour 2023, l'Institut consacré à la culture, la recherche et la documentation sur l’Afrique.

La ville de Sharjah est souvent considérée comme la capitale culturelle des EAU, et c’est précisément là que le nouvel Institut d’Afrique se dressera, afin de promouvoir les échanges arabo-africains dans toute leur diversité. Selon le directeur Salah Hassan, “Sharjah est idéalement placé pour abriter cet institut (…) cette zone a été le théâtre de mélanges de populations à travers l’océan Indien”.

Le bâtiment actuel date de 1976 – l’Africa Hall- mais une métamorphose s’impose puisque le centre tend à devenir l’une des principales sources mondiales de diffusion de la culture africaine et de ses liens avec le monde arabe.

Des photos et une visite virtuelle du nouvel édifice composé de 5 bâtiments sont disponibles sur le site Adjaye Associates, et dévoilent une œuvre originale, aérée, complètement rose et d’une superficie d’un peu plus de 31,000 m².

Coutumier du fait

Ce n’est pas la première fois que l’architecte conçoit des édifices roses (cf The Webster, boutique très tendance à Los Angeles ou encore le centre d’art contemporain Ruby City dans la ville de San Antonio au Texas), mais ce choix mêle esthétique et fonctionnalité.

En effet, le béton et la couleur pâle du campus absorbent très peu la chaleur, qui peut dépasser les 40° degrés en été dans la région. Le concept de David Adjaye pour le centre est donc d’incorporer les exigences géographiques et climatiques : il utilise l’image de l’oasis pour décrire ce nouvel espace d’échanges et de rencontres universitaires et culturelles. Ainsi, les 5 bâtiments seront séparés par des jardins et des cours intérieures.

Une très belle réalisation pour l’artiste, décrit comme « l’un des principaux architectes de sa génération et un ambassadeur culturel mondial pour le Royaume-Uni » et qui s’est vu pour cela, accorder le titre de Chevalier par la reine Elizabeth II en 2017.