Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

La finance islamique : une tradition ancienne

Avez-vous déjà entendu parler de la finance islamique ? Fondée sur les principes de la loi islamique, elle a pour objectif de protéger la communauté des méfaits de la spéculation et de l’usure.

La finance islamique repose sur un principe ancien selon lequel la monnaie n’a pas de valeur intrinsèque. Les prêts avec intérêts sont donc interdits et certains secteurs d’investissement, comme l’armement, sont prohibés. Les fonds doivent être investis dans des biens tangibles et non dans des instruments financiers à visée spéculative.

Les investisseurs peuvent opter pour le « sukuk » : une obligation respectant les conditions définies par l’Organisation de comptabilité et d’audit pour les institutions financières islamiques, située au Bahreïn. En 2014, le Royaume-Uni est devenu le premier émetteur souverain de sukuks hors du monde musulman. La demande a été 10 fois supérieure à l’offre et le Luxembourg a émis ses premiers sukuks quelques mois plus tard.

En 2017, l’Arabie saoudite a levé 9 milliards de dollars après sa première cession de sukuks.