Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Que fait la fondation Bill et Melinda Gates au Moyen-Orient ?

Bill et Melinda Gates

Bill et Melinda Gates

Bill et Melinda Gates ont toutes les raisons d’être heureux. Avec la fondation qui porte leur nom, ils participent à l’évolution positive de la gestion de certains enjeux humanitaires au Moyen-Orient. Plus de 40 milliards de dollars américains de dons ont été injectés dans la fondation par des philanthropes, ainsi que par le couple lui-même, ce qui en fait une des fondations disposant du plus de ressources dans le monde.

Lutter contre la pauvreté au Moyen-Orient

Au Moyen-Orient spécifiquement, c’est l’accès aux vaccins, l’amélioration de la production agricole et des conditions sanitaires et la réponse aux situations d’urgence qui sont fédérées.

La région est très complexe, et sujette à un paysage social et économique changeant. La fondation Bill et Melinda Gates a commencé à travailler avec la Banque Islamique de Développement (BID) dès 2012, d’abord pour financer l’éradication mondiale de la poliomyélite et de la malaria. En 2015, un nouveau fonds a été créé, doté d’un montant de 500 millions de dollars américains, dénommé Fonds de la vie et de subsistance. Celui-ci vise tout particulièrement à lutter contre la pauvreté et les maladies dans les Etats membres de la BID, à travers le soutien des programmes de soins de santé, des petites exploitations agricoles et des services des infrastructures rurales. Plus de 400 millions de personnes vivent dans la pauvreté dans les pays membres de la BID.

En 2016, la fondation a annoncé une nouvelle donation à ce fond, cette fois d’une hauteur de 2,5 milliards de dollars américains. Le fonds investira dans les 30 pays les moins avancés de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI).

Santé et R&D

Le Royaume d’Arabie saoudite a ses propres priorités : le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient -MERS-CoV) apparaît tout particulièrement comme une menace. En réponse, l’Arabie saoudite a augmenté les capacités de R&D, à travers le Ministère de la santé, mais aussi à l’Université King Abdulaziz (KACST).

Les maladies tropicales négligées sont également un phénomène difficile à contenir, alors que les remèdes existent en principe. La dengue, mais aussi la leishmaniose apparaissent de façon récurrente en Syrie, au Yémen et dans la Corne de l’Afrique, et des cas ont été recensés en Arabie saoudite également, liés aux flux migratoires dans la région. Dans la capitale Riyad, un centre pour contrôler les maladies tropicales a été créé avec le soutien du Ministère de la santé, dirigé par l’expert saoudien Dr. Waleed Al-Salem. Ils espèrent mieux comprendre et mieux protéger le Royaume et la région de ces maladies.

 « La pauvreté a diminué de moitié par rapport à 1990 »

Aujourd’hui, c’est surtout à un problème de perception que se heurtent les bénévoles et les travailleurs humanitaires. Dans une interview accordée à la YouTubeuse aux 11 millions d’abonnés, Lilly Singh, en février 2017, Bill Gates indique que « la pauvreté a diminué de moitié par rapport à 1990 ». « Mais seuls 1% en sont conscients », poursuit-il, en faisant référence à une enquête du cabinet Glocalities pour estimer la connaissance et l’état d’esprit face aux enjeux mondiaux de la population, « 99% pensaient que c’était bien trop ».