Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Grand Prix d’Arabie saoudite : une première édition à rebondissements

Organisée dans la ville de Djeddah, située à l’ouest du pays au bord de la mer Rouge, la première édition du Grand Prix d’Arabie saoudite de Formule 1 s’est achevée hier, au terme d’une course endiablée, la 21ème de la saison et la dernière avant le Grand Prix d’Abu Dhabi le weekend prochain. 

Elle était attendue de pied ferme, cette édition inaugurale du Grand Prix d’Arabie saoudite de Formule 1, et pour cause… Entre un cadre inédit et pour le moins alléchant : un circuit présenté comme le plus rapide au monde en zone urbaine, avec des pointes de vitesse pouvant excéder les 250 km/h ; la deuxième plus longue piste existante après celle de Spa Francorchamps ; le tout situé juste au bord des eaux turquoises de la mer Rouge, et non loin du site de la vieille ville de Djeddah (Al-Balad) classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. De quoi ravir les fans de sports mécaniques au moins autant que les amateurs de culture. 

 

D’ailleurs, le compte twitter de la Formule 1 proposait de découvrir le circuit en immersion ici, avec le pilote finlandais Kimi Räikkönen

 

 

Après deux séances d’essais libres dominées par Lewis Hamilton (Mercedes) le premier jour, c’est son rival pour le titre Max Verstappen qui a été le plus rapide lors des qualifications. Malgré tout, au terme de cette deuxième journée de course ponctuée par des énormes chronos de Verstappen, ainsi qu’une petite erreur de parcours, c’est bien Lewis Hamilton qui s’impose et décroche la pôle position pour le jour J. 

Litiges sportifs et décisions inédites 

 

Comme souvent entre Hamilton, Verstappen, et leurs coéquipiers respectifs, la compétition aura été âpre et ponctuée de coups bas. Ainsi, Valtteri Bottas, parti en deuxième position, ralentit devant Max Verstappen au 10ème tour, mais n’est pas sanctionné par la FIA. 3 tours plus tard seulement, suite à l’accident de Schumacher, la course n’est pas arrêtée malgré une barrière de protection abîmée. Suite au second départ lancé, le néerlandais, mis en cause pour un dépassement hors de la piste, se voit contraint de rendre sa place au britannique. Et ainsi de suite, jusqu’à la décision qui fera peut-être dorénavant jurisprudence : au tour 18, après que la course ait été arrêtée des suites de ce dépassement frauduleux, la FIA n’a pas souhaité s’attarder sur la réflexion et faire perdre du temps aux coureurs. Elle a donc négocié avec Red Bull sur un principe simple : une pénalité de deux places sur la grille ou l’ouverture d’une enquête avec une sanction potentiellement plus importante. Si Red Bull avait tout intérêt à accepter, ce premier arrangement dans l’histoire de la Formule 1 n’entrait dans aucun cadre réglementaire et a fait couler pas mal d’encre depuis. 

 

 

Légende : Max Verstappen (Red Bull) et Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix d’Arabie saoudite 2021. Crédits : Getty Images 

 

L’après course a un goût d’amertume

 

Encore quelques tours, quelques accrochages spectaculaires entre les deux hommes, et c’est finalement Lewis Hamilton qui s’impose au terme de cette course endiablée, entachée de nombreuses pénalités infligées aux deux camps. Avec cette victoire, agrémentée du point du meilleur tour, Hamilton marque 8 points de plus que Verstappen et revient à égalité de points avec le Néerlandais. Tout se jouera donc lors du dernier GP à Abou Dabi !

 

Et les deux principaux protagonistes de s’écharper depuis, par voie de presse interposée : “J’ai couru contre beaucoup de pilotes dans ma vie en 28 ans, et j’ai affronté différentes personnalités, mais il y en a au sommet qui dépassent les bornes. Nous savons tous faire la course ici, il n’y en a qu’un qui ne sait pas. » déclare le vainqueur britannique de cette épreuve, cinglant. Son adversaire n’en démord pas, et s’estime victime d’un deux poids-deux mesures injuste : « Je trouve ça intéressant que je sois celui qui prend une pénalité quand deux pilotes franchissent les lignes blanches”, ironise amèrement Verstappen. Une opinion forcément partagée par Helmut Marko, le conseiller sportif de Red Bull Racing : “ »Si Verstappen fait le dur avec Hamilton, il prend une pénalité. Si Hamilton le sort, d’un coup ça devient une attaque banale. Ça ne peut pas durer comme ça ». Voilà qui promet une lutte féroce pour le titre finale à Abou Dhabi le week-end prochain. 

 

Djeddah en fête 

Outre la régalade à laquelle ont eu droit les férus de mécanique, ce tout premier Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite a placé toute la ville en effervescence, notamment grâce à un programme de concerts d’envergure internationale. Des topliners du monde entier comme DJ Snake, Justin Bieber, Jason Derulo ou encore David Guetta, mais aussi des stars de la musique arabe parmi les plus populaires au monde à l’instar d’Amr Diab, ont répondu présent à l’invitation du royaume. Chaque soir, après les courses, les deux fan zones situées aux abords du circuit affichaient complet.