Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Ibrahim Hamadtou : “Nothing is impossible”

Ibrahim Hamadtou, pongiste égyptien de 48 ans, a marqué les esprits lors des Jeux paralympiques de Tokyo par son courage et sa technique inédite de jeux. Amputé des deux bras, il impressionne par son courage et son goût pour le défi. Portrait d’un homme à la volonté de fer. 

Un tragique accident 

Originaire de Kafr Saad en Égypte, Ibrahim Hamadtou est un battant. Victime d’un terrible accident dans lequel il a perdu ses deux bras, cet homme de 48 ans a refusé de se laisser abattre. Il raconte que c’est à l’âge de 10 ans, en se rendant sur son lieu de travail à Damietta que le tragique accident a eu lieu. 

Alors qu’il montait dans le train, le 17 décembre 1983, Ibrahim se retrouve pris par la foule et tombe sur les rails. Lorsqu’il se réveille du coma, il est amputé des deux bras. 

Le jeune garçon reste alors cloîtré chez lui durant trois années, refusant de s’exposer aux regards empreints de pitié qu’il ne supporte pas.  

Le sport comme second souffle

Lorsqu’il sort de chez lui, il se rend à la Maison des sports de son village, et s’essaie à deux pratiques : le football et le ping-pong. Le football s’avère trop dangereux, et Ibrahim se tourne alors plus intensément vers le ping-pong. Ce dernier énonce qu’il aime la difficulté de ce sport vis-à-vis de sa situation physique, car il aime le challenge et la difficulté. 

Après son accident, un de ses amis lui conseille de « continuer à faire ce qu’il peut faire », laissant entendre qu’Ibrahim ne pourra jamais pratiquer un sport tel que le ping-pong. Piqué par cette remarque, le sportif connaît alors un regain de volonté et de détermination. Il est bien décidé à prouver qu’il peut s’adonner au sport malgré sa condition, et ce encore aujourd’hui.

Un entraînement intensif et une volonté sans failles 

Il débutera en tenant sa raquette sous son aisselle, avant de trouver la technique gagnante : jouer en tenant la raquette dans sa bouche. 

Pour servir, il utilise sa jambe. Pour jouer, la force de son cou. 

Il lui faudra 3 ans afin de maîtriser cette technique de jeu, mais Ibrahim s’entraîne sans relâche afin de se perfectionner. 

Plus tard vient la reconnaissance, lorsqu’il reçoit une invitation pour jouer un match amical avec des champions du monde, et se fait connaître du grand public grâce à une vidéo intitulée « Nothing is impossible », qui comptabilise près de 3,5 millions de vues. 

Les prémices d’une carrière internationale 

Le sport est un monde de résultats, et les siens ne tardent pas à venir. L’héroïque pongiste se voit récompensé lors des championnats d’Afrique de para tennis de table en 2013, au cours desquels il reçoit la médaille d’argent.

Il est ensuite qualifié pour participer aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016. Bien qu’il soit éliminé lors des premières poules, le sportif Égyptien marque les esprits, impressionnant le public et le monde du sport par sa persévérance. 

Cette expérience marque profondément le joueur, ému de réaliser son rêve. 

Cette année, il marque une nouvelle fois les esprits lors des Jeux Paralympiques de Tokyo, faisant la une de plusieurs journaux mondiaux. 

Une inspiration locale, mais aussi internationale

À Kafr Saad, Ibrahim est une star locale. Véritable porte-étendard des personnes en situation de handicap, il a permis de les rendre largement plus visibles dans la société égyptienne, afin de leur donner plus de considération. Il est considéré comme un héros pour beaucoup, notamment par ses trois enfants.

Au niveau international, le sportif impressionne par sa forte résilience et son humilité. Son message à ses pairs ? Se battre et ne pas écouter les détracteurs. Indéniablement, un modèle d’inspiration et une leçon d’humilité qui force le respect !