Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Jannarelly, un coup de crayon français, une production dubaïote, un constructeur de voitures diaboliques.

Un look rétro futuriste inspiré des années 60, des lignes qui captent les regards et un moteur atmosphérique comme il n’en existe quasiment plus. Tels sont les ingrédients d’une voiture unique et rare, la Jannarelly Design-1, produite par un constructeur français, basé à Dubaï.

Un rêve d’enfant

Né à Mende, en Lozère, et parti en Angleterre suivre des études, Anthony Jannarelly fait la connaissance de Ralph Debbas, PDG de W Motors, une marque de supercars basée à Dubaï. C’est là-bas, aux Émirats Arabes Unis, que le français dessine son premier modèle, la Lykan HyperSport.

En 2015, Anthony Jannarelly rencontre, toujours aux Emirats, Frédéric Juillot qui est fabricant de bateaux et spécialiste de la fibre de carbone. Tous deux passionnés d’automobiles d’exception, ils décident ensemble de créer la société Jannarelly Automotive pour construire la voiture de leurs rêves. C’est dans l’ancien atelier de bateau de Frédéric Juillot à Dubaï que le projet voit le jour.

Une approche “old-school” revisitée

Conçue autour d’un châssis ultra léger (en acier et aluminium) équipée d’une carrosserie réalisée en fibre de verre et carbone, la Jannarelly Design-1 est avant tout un antidote à l’ennui. Un bolide de 850 kg et 325 ch, qui apparaît comme un ovni au sein d’une planète automobile régie par des systèmes de contrôle de plus en plus complexes et des voitures qui font tout à votre place… La Design-1 est une propulsion, bruyante et fière, dont l’objectif est de faire vibrer vos tympans, faire battre votre cœur et éventuellement de troubler d’autres zones anatomiques sensibles si la météo est mauvaise. Oups, ça glisse sous la pluie.

“La Jannarelly fait tellement de bruit qu’on peut probablement l’entendre en 1963.”
Top Gear

Elle est équipée d’un moteur central arrière, un joli V6 3,5 litres de 325 ch d’origine Nissan, avec une transmission manuelle à six vitesses. Avec l’antipatinage et le différentiel à glissement limité en option et l’absence d’ABS, c’est un jouet pour pilote averti (et au portefeuille bien garni). L’accent est mis sur le plaisir pur. On vous aura prévenu.

D’une production en petite série à une internationalisation

Pour accélérer son développement, Jannarelly annonce en 2020 l’arrivée d’Alexander Lee, ancien CEO de Singer Vehicle Design, en qualité de PDG. Il est notamment chargé de préparer le développement des futurs modèles de la marque, en particulier grâce à l’ouverture d’une usine aux États-Unis en 2021, qui permettra d’augmenter le rythme de production et de mieux s’exporter à l’international.