Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Jordanie : cet écolier a fabriqué 1000 masques pour les réfugiés

Crédits photo : Charlie Faulkner pour The National

Le jeune jordanien Mogtaba Fadol, aidé de son frère Ahmed, respectivement âgés de 10 et 12 ans, se sont récemment illustrés par leur solidarité en fabriquant plus d’un millier de masques à l’attention des réfugiés en Egypte.

Son anniversaire tombe le jour de la journée mondiale pour les réfugiés. C’est sans doute la raison pour laquelle Mogtaba Fadol, 10 ans (bientôt 11), aidé de son frère Ahmed, 12 ans, a décidé que cette année, il le passerait à aider son prochain. A l’aide d’une machine à coudre offerte par la communauté et de chutes de tissu, les deux jeunes Jordaniens se sont employés à fabriquer quelque 1000 masques de protection à l’attention des réfugiés d’Egypte. 

 

“Nous vivons une période très dangereuse. De nombreuses personnes tombent malades du coronavirus donc je voulais faire quelque chose pour aider”. Des mots d’une candeur à la fois belle et terrible, lâchés par le jeune homme, encore en train de s’affairer au milieu d’une multitude de couleurs et de motifs. 

 

C’est son école, à Amman, la capitale du pays, qui exhorte chacun de ses élèves à faire preuve d’empathie, de respect, etc. 

 

Crédits photo : Charlie Faulkner pour The Nationa

Empathie héréditaire

 

Pourquoi l’Egypte plutôt qu’ailleurs ? Tout simplement parce que le pays voisin, beaucoup plus touché par la crise sanitaire qui frappe le monde en ce moment (47 000 cas, 1 700 morts contre seulement 1 000 cas et 9 personnes décédées en Jordanie) a mis en place des mesures imposant le port du masque à toute la population. Sachant cela, le petit Mogtaba a pensé, à juste titre, que tous les réfugiés ne seraient pas en mesure d’en fournir à toute leur famille. Il a donc souhaité les aider. Une démarche tout à son honneur. 

 

Reste, pour les deux jeunes hommes, à se perfectionner à la couture, jusqu’à n’avoir plus besoin de l’aide de leur mère, qui supervise encore le travail. Cette dernière, ancienne employée de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés pendant 16 ans, est, de manière indirecte, à l’origine de la démarche. Grâce à son métier, et aux visites de sa famille sur son lieu d’exercice en Egypte, les deux écoliers ont acquis une bonne compréhension des enjeux humanitaires. Les masques partiront pour l’Egypte le 20 juin, jour de l’anniversaire du jeune homme…