Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

La plus grande ferme verticale au monde est à Dubaï

Plus de trois hectares et une économie d’eau de 95 % par rapport à une ferme classique, c’est la promesse folle de Bustanica, le plus grand jardin vertical au monde, situé à Dubaï.

Quand on pense Dubaï, on pense souvent extravagance, et démesure. Ici, il ne s’agit pourtant pas de record de taille de gratte-ciel, ou de piste de ski dans un centre commercial, mais bien d’une initiative qui révolutionne petit à petit notre façon de concevoir la production alimentaire : les fermes verticales !

Celle-ci se nomme Bustanica – qui signifie “ton jardin”, ou “ton verger”, en arabe – et se situe à quelques encâblures de l’aéroport international Al Maktoum de Dubaï. Son objectif : produire de grandes quantités de légumes, d’éviter les difficultés de culture aux Emirats et, accessoirement, atteindre des niveaux d’efficacité et d’économies qui dépassent ceux des jardins conventionnels.

 

Pour cela, on ne lésine pas sur les moyens ! Une installation immense, qui couvre environ 30 600 m2 répartis sur trois étages, et a été conçue pour produire plus de mille tonnes de légumes par an – 3 000 kilos par jour – avec un système qui économise la terre, l’énergie et l’eau.

Exploitée par la société Emirates Crop One, la firme spécialisée dans l’agriculture verticale du géant Emirates Group, Bustanica a activé sa première installation avec le soutien d’un investissement pour le moins conséquent : environ 40 millions de dollars.

Une méthodologie de pointe

La promesse repose sur la méthode hydroponique : les légumes y poussent sans terre. Emirates affirme qu’elle est également la plus grande ferme de ce type, qui permet de remplacer les terres agricoles par des solutions minérales. Le tout, sans avoir recours aux pesticides, herbicides et autres fongicides, aujourd’hui décriés par la plupart des associations de consommateurs. L’eau, denrée la plus précieuse dans la région, est quant à elle contrôlée et traitée avec précision, avant d’être utilisée en circuit fermé, afin d’éviter tout excès de consommation. Ainsi, si 317 litres sont investis dans chaque kilo de légumes cultivés selon la méthode traditionnelle, sa solution hydroponique ne nécessitera que 15 litres. Concrètement, cela veut dire économiser chaque année plus de 250 millions de litres d’eau et environ 1 000 MW d’énergie.