Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

L’Arabie saoudite entre au capital de SNK

La compagnie saoudienne Electronic Gaming Development Company (EGDC) vient de racheter 33,3 % des parts d’un vétéran du monde des jeux vidéos : le japonais SNK. Une initiative qui s’inscrit pleinement dans le plan Vision 2030 cher à son prince héritier, Mohammed Ben Salmane.

Ils sont derrière des titres comme Metal Slug, Samurai Shodown, ou encore King of Fighters, que vous avez forcément croisés si vous avez déjà dépensé vos écus dans une borne d’arcade pendant les années 90, ou vous êtes adonnés au retro-gaming (pas toujours si rétro que ça, car les séries sont toujours en cours) depuis votre console de salon ces dernières années. “Ils”, ce sont les employés de la compagnie japonaise SNK, basée à Osaka, active depuis 1973.

Rachat partiel

Or, il se trouve que depuis hier, un nouvel acteur a pris les rênes de la maison japonaise. Il s’agit de la compagnie saoudienne Electronic Gaming Development Company (EGDC), qui a racheté 33,3 % des parts de l’entreprise, et en devient ainsi l’actionnaire majoritaire.

Cette acquisition s’inclut dans le plan Vision 2030 cher au prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane, qui entend bien diversifier les sources de revenu du royaume afin de préparer “l’après-pétrole” notamment par le biais du tourisme et du divertissement.

Reste à savoir quelles nouveautés nous prépare maintenant SNK…