Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

L’art pour sauver les enfants

Multiplier les collaborations en vue d’aider les enfants vulnérables grâce à leurs propres dessins est l’idée de base de la startup égyptienne The Doodle Factory. Elle applique les dessins des enfants pour décorer des produits communs tels que des sacs ou des trousses, et les bénéfices des ventes servent à aider les populations identifiées comme vulnérables par les ONG partenaires.

Les fondatrices Yasmin Khamis, 27 ans, et Farah El-Masry, 26 ans, ont toutes deux travaillé avec des ONG dans le passé. Aujourd’hui à la tête de leur start-up sociale, elles proposent des produits de la vie de tous les jours à une clientèle de femmes entre 18 et 35 ans, qu’elles vendent environ à hauteur de 20 000 unités par an. Un beau volume d’activité pour l’entreprise née en 2017. 

 

Avec leur réseau d’ONG partenaires, ils fournissent à des populations en difficultés des aides de première nécessité : médicale, éducative, ou encore de l’hébergement. 

La créativité au service des populations en difficulté

Pour la créations des oeuvres des jeunes artistes, la start-up organise tout simplement des sessions dans des écoles, ou des hôpitaux, et laissent les enfants exprimer leur créativité.

 

Les dessins sont ensuite transformés en “design” à appliquer à des collections, et chaque collection vise un objectif concret : apporter l’eau courante à des habitations, offrir une opération chirurgicale, ou construire une école en sont quelques uns. Ainsi, les dessins des enfants rejaillissent sur toute leur communauté. Une initiative rafraîchissante !