Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Le sarcophage égyptien du célèbre prêtre Nedjemankh est de retour à la maison

Source : AFP.

Disparu durant la révolution du Printemps arabe en 2011, le sarcophage doré du célèbre prêtre égyptien Nedjemankh est récemment retourné en Egypte après avoir été au préalable vendu frauduleusement au Metropolitan Museum of Art de New York.

Les autorités égyptiennes et américaines ont annoncé que le sarcophage doré du célèbre prêtre Nedjemankh, porté disparu depuis la révolution du Printemps arabe de 2011, était de retour en Egypte, après avoir été vraisemblablement vendu frauduleusement au Metropolitan Museum of Art de New-York en 2017.

Une histoire qui se termine bien

Le musée New-Yorkais aurait acquis le précieux objet en juillet 2017, pour environ 4 millions de dollars, auprès de Christophe Kunicki, un marchand d’art parisien. Ce dernier, aurait cédé le sarcophage en or au musée, en y joignant de faux documents, y compris une licence d’exportation égyptienne émise en 1971, sans que le musée ne se rende compte immédiatement de la supercherie.

Ce n’est qu’en février dernier que des preuves révélées à Ahmed Fathy, responsable de la restauration au Ministère égyptien des Antiquités, ont indiqué que le très prisé artefact avait été volé dans le cadre d’une opération de contrebande internationale. Après avoir examiné les éléments de preuve, les responsables du musée ont accepté de rendre le cercueil doré à ses propriétaires légitimes, le peuple égyptien, et ont retiré l’objet de sa présentation.

Un sarcophage riche historiquement

Si le sarcophage ne contient plus à ce jour Nedjemankh, le prêtre principal du Dieu-Bélier Heryshef d’Herakleopolis, il reste toutefois un objet riche et symbolique pour l’héritage égyptien. Décoré de scènes et de textes hiéroglyphiques destinées à guider le prêtre dans son voyage vers la vie éternelle, le grand sarcophage remonte au 1er siècle avant notre ère.

De couleur or, symbole de la relation privilégiée du prêtre avec les Dieux égyptiens, le sarcophage dispose d’une caractéristique unique en son genre : les fines couches d’argent à l’intérieur du sarcophage, auraient été placées de la sorte afin de protéger le visage du prêtre le temps de son voyage.