Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Le souk Qaisariah, un marché chargé d’histoire dans la ville d’Al-Hofuf en Arabie Saoudite

Souk Qaisariah. Crédits : Linda Polik (Flickr)

Considéré comme l’un des plus beaux souks du royaume, le marché de Qaisariah fascine pour son histoire vieille de deux cents ans. C’est dans la ville d’Al-Hofuf, dans le quartier d’Al-Rifaa, que celui-ci règne en maître. Zoom sur ce patrimoine bien conservé de l’Arabie Saoudite.

Un site historique

Les historiens sont unanimes, le souk de Qaisariah aurait été construit en 1822. Il se situe dans une province verdoyante et inscrite au patrimoine de l’UNESCO : Al-Ahsa. Une région, à l’est du pays, qui regorge de monuments historiques. C’est donc naturellement que les palais, les tours et les mosquées viennent parfaire le décor du marché de Qaisariah.

Une architecture et une décoration particulière

Le confort du visiteur est au cœur de l’architecture du souk. Et pour cause, celle-ci repose sur des galeries fermées et des toits surélevés, pensés pour offrir une ventilation naturelle et une lumière douce. Aussi, les différents magasins disposent de « dakas », des terrasses traditionnelles permettant aux visiteurs de s’asseoir. Ceci dans le but de mieux examiner la marchandise et marchander ! Quant aux propriétaires des petites boutiques, eux aussi assurent leur confort grâce aux « kabnaks ». Posés devant la porte, ces petits meubles disposent de tiroirs pour stocker le riz et le café, mais aussi d’une assise pour se reposer.

Un rôle économique vital

Le souk de Qaisariah occupe une place primordiale dans l’économie de l’Arabie Saoudite. Et cela, grâce aux différentes succursales qui y sont implantées et à la variété de la marchandise. On trouve dans ce marché de tout :  du cuivre, de l’or, des tissus, des chaussures, des parfums, du mobilier, et bien sûr des produits alimentaires frais. Le temps d’une balade, les mille et une richesses du royaume se dévoilent.

Souk Qaisariah. Crédits : Linda Polik (Flickr)