Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Le trompettiste libanais Ibrahim Maalouf illumine le Festival de Jazz de Genève

Depuis quelques jours et jusqu'au 17 juillet 2021, se tient le Montreux Jazz Festival au bord du lac Léman, en Suisse. Fondé en 1967 par Claude Nobs, et devenu le rendez-vous incontournable des férus du jazz, ce festival sera l’occasion pour de nombreux artistes de présenter leurs performances. Retour sur la prouesse du trompettiste qui a rendu fière la scène musicale arabe: Ibrahim Maalouf. 

C’est devant les Alpes suisses et quelques voiliers que, le 5 juillet dernier, le trompettiste arabe Ibrahim Maalouf a donné, pour la quatrième fois consécutive, deux concerts au Montreux Jazz Festival, sur une scène flottante construite spécialement sur le lac Léman pour un nombre limité de fans munis du pass sanitaire Covid-19. 

« C’est assez audacieux d’avoir construit cette scène en un temps record. Il n’y a que les Suisses qui pouvaient faire quelque chose comme ça » déclare l’artiste en découvrant le lieu où il allait jouer. 

A cette occasion, l’artiste, accompagné du guitariste belge François Delporte, a joué la mélancolique musique « Beyrouth », composée par ses soins à l’âge de 12 ans alors qu’il vivait encore au Liban au sortir de la guerre civile. Mais ce n’est pas tout puisque l’artiste a aussi désiré faire entendre les titres de son dernier album « 40 Melodies », sorti en novembre dernier à l’occasion de son 40e anniversaire, tels qu’ »Happy Face », « True Sorry » et « All I Can’t Say ».

« C’est une vraie joie d’être à nouveau ici, la première fois étant il y a 15 ans« , affirme Maalouf à la foule. 

Le trompettiste a  joué alternativement de la trompette et du piano à queue noir sur la scène, une prouesse d’ingénierie construite à 25 mètres au large et ancrée à une profondeur de 12 mètres. Une première dans l’histoire de Montreux, réputée pour l’acoustique de ses salles de concert intérieures.

Mais le trompettiste ne s’est pas arrêté à sa performance puisque, selon Mathieu Jaton, directeur général du festival, c’est en partie grâce à lui que cette 55e édition a pu avoir lieu. Un véritable succès qui donne déjà envie d’être à l’année prochaine !