Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

L’émouvante chanson que Wyclef Jean a écrit pour Beyrouth

L’ancien chanteur des Fu-Gees vient de reprendre du service avec un titre exceptionnel dédié aux victimes de la catastrophe survenue à Beyrouth le 4 août dernier. Une chanson pleine d’émotion que le producteur et ami du rappeur, le libanais Guy Manoukian, a posté sur Instagram.

Le chanteur américano-haïtien très engagé politiquement (il prend régulièrement position en faveur des plus défavorisés, possède sa propre fondation et a même voulu être Président d’Haïti) vient de publier une nouvelle chanson dans laquelle il “raconte” la ville de Beyrouth. Un hommage saisissant qu’il fait à une des plus rayonnantes villes d’Orient, ainsi qu’à ses habitants.

 

Intitulée “Immortal” (qui veut dire “immortelle”), la chanson a été produite par le compositeur Libanais Guy Manoukian, un partenaire de longue date de l’artiste.

 

View this post on Instagram

For the past 13 years, I have been working with the legendary @wyclefjean , during these 13 years he visited and performed in Lebanon many times and fell in love with our people and culture, and became more Lebanese than most. When I approached him to help us put the spotlight on Lebanon, with absolutely no hesitation he accepted and embraced the project and wrote a heartfelt song dedicated to our beloved #Lebanon. I am proud to be your friend and I am proud to have been part of this magnificent project. A very special thank you to the amazing @salxo who is devising an #international release plan for #immortal , you always have #Lebanon in your heart brother🙌♥️, and last but not least @sehnaoui for producing the video in record time. #prayforlebanon #keeptalkingaboutlebanon #LebanonOfTomorrow #risefromtheashes

A post shared by Guy Manoukian (@guymanoukian) on

 

Dans son récit l’artiste ne tarit pas d’éloges sur Beyrouth et ses habitants, saluant leur beauté et leur résilience. Parti-pris artistique, il fait référence à la ville, comme l’ont fait nombre d’autres avant lui, comme si c’était une femme. “Je n’en ai jamais rencontré d’aussi belle ; j’ai demandé son nom, elle m’a dit Beyrouth”.

 

Attaché au pays

De par son amitié et sa longue collaboration avec le producteur, l’ancien Fu-Gee s’est rendu à de nombreuses reprises au Liban où il est tombé amoureux des libanais et de leur culture. C’est pourquoi “quand je lui ai parlé du projet, il a accepté immédiatement”, explique Guy Manoukian.

 

Dans le clip, des images de la performance du chanteur sont entrecoupées de vues de la ville avant, pendant, et après la catastrophe. Entre la mobilisation sociale, la fierté nationale, et l’effort commun de reconstruction, le moins que l’on puisse dire, c’est que le rendu “prend l’audience aux tripes”.