Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

L’oeil et la nuit, une exposition nocturne pour explorer les cultures d’islam

Depuis le 19 septembre et jusqu'au 09 février prochain, l’Institut des Cultures d’Islam présente l’oeil et la nuit, une exposition qui invite à observer la voûte céleste dans un voyage mystique.

L’oeil et la nuit sont des symboles que l’on retrouve partout au sein de la culture musulmane. Dans le Coran, si Dieu a créé les étoiles, c’est d’ailleurs pour guider les hommes dans la vie. Pour calculer les horaires des cinq prières quotidiennes, le début du mois du jeûne du ramadan annoncé par l’apparition du premier croissant de lune ou encore connaître la direction de la Mecque, l’observation des astres est primordiale. En ce sens, les pratiques de l’Islam comme celles des bédouins vont contribuer au progrès de l’astronomie. Entre le IXème et XIème siècles, de nombreux savants musulmans vont participer à l’élaboration d’outils mathématiques et d’observation du ciel, comme l’astrolabe qui en mesurant la position des étoiles et des planètes, permet de connaître l’heure. Parmi eux Al Khwarizmi, mais aussi les astronomes Habash al-Hasib et Thābit ibn Qurra qui ont fait de l’Almageste de Ptolémée une étude mathématique.

C’est donc dans une déambulation nocturne au carrefour des sciences, de la mystique, du politique et des illusions, que nous invite cette exposition. Dix-huit artistes originaires d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Europe nous offrent leurs propres interrogations métaphysiques et représentations du fascinant monde de la nuit.

 

Une myriade d’artistes

La nuit comme abstraction au jour, que l’on retrouve dans les oeuvres de Mona Saboni qui prend en photo des feux d’artifice, mais aussi dans les paysages nocturnes de Saad Qureshi, dont les nuances de noir se révèlent à la lumière artificielle. La nuit qui s’invite parfois dans nos rêveries diurnes et dans le ciel, à l’instar de Moongold, une série photographique de Stéphanie Saada capturant la lune à différents moments de la journée dans la ville de Beyrouth. La nuit comme suspension au milieu de l’espace temporel, cette trêve avant la reprise, décrite dans les clichés du photographe Renaud Auguste Dormeuil, images de constellation plongées dans la nuit noire de Bagdad. Chez Mourad Salem, c’est son caractère magique qui est exploré à travers une large fresque au bleu profond parsemée d’étoiles et de boules dorées avec en son centre le bouraq, figure mythologique et monture ailée accompagnant le prophète lors de son voyage nocturne allant de la Mecque à Jérusalem et de Jérusalem au ciel. Enfin, l’artiste Fayçal Baghriche puise avec humour dans ses souvenirs d’enfance et les prgramme TV pour montrer la manière dont fiction et réalité cohabitent en nous à travers les rêves nocturnes.

Cette exposition s’accompagne aussi de nombreux événements autour de la nuit, comme des cours d’initiation à l’astronomie pour enfants, des lectures de contes sous les étoiles, ou des ateliers sur les couleurs de la lune. Mais aussi des rendez-vous cinéma du monde arabe, et des concerts de musique soufi autour de la banga tunisienne ou du gnawa marocain.