Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Le Louvre Abou Dhabi, un écrin d’exception pour accueillir le musée du XXIe siècle

Le Louvre Abu Dhabi

Le Louvre Abu Dhabi

Inauguré le 8 novembre dernier par le président français Emmanuel Macron et par le prince Mohammed bin Zayed Al-Nahyan, le Louvre Abu Dhabi ouvrira demain ses portes au public. Ce joyau architectural imaginé par le génie de l’architecture française Jean Nouvel abrite une incroyable collection d’œuvres de l’Antiquité à nos jours venues du monde entier. Avec, pour ambition, d’inventer le musée du XXIe siècle.

Sur l’île de Saadiyat à cinq minutes en voiture du centre-ville d’Abou Dhabi s’élève aujourd’hui un musée d’un nouveau genre, œuvre de l’architecte star Jean Nouvel qui a réalisé à Paris l’Institut du monde arabe, le musée du quai Branly et la Fondation Cartier. Avec ses lignes épurées et sa coupole en acier ajourée de 40 mètres de haut et de 180 mètres de diamètre, le Louvre Abu Dhabi se veut résolument contemporain pour embrasser sa vocation de musée du XXIe siècle.

Louvre Abu Dhabi
Le Louvre Abu Dhabi

S’il se veut universel, l’édifice ne renie pour autant pas ses racines et se veut une médina moderne pour accueillir les cultures du monde entier. Aussi, le voile de métal tendu au-dessus du musée s’inspire-t-il des moucharabiehs, ces panneaux de bois finement sculptés qui donnent leur physionomie si particulière aux villes arabes traditionnelles. La dentelle d’acier est constellée de 7 580 étoiles, qui laissent passer une « pluie de lumière » sur ce « sanctuaire des œuvres d’art les plus précieuses » de l’histoire de l’humanité selon les mots de Jean Nouvel.

Inventer le musée du XXIe siècle

L’ensemble représente 97 000 m² de surface construite, 8 600 m² d’expositions et 23 galeries, faisant du Louvre Abou Dhabi l’un des plus grands musées d’art du Moyen-Orient et du monde. Avec un parti pris muséographique inédit, celui du dialogue des œuvres et des civilisations indépendamment de leurs origines géographiques, pour interroger sans cesse le visiteur sur la part de l’universel et du particulier dans l’art.

alt de l'image

A l’origine de cette « oasis culturelle », l’ambition de l’émirat d’Abou Dhabi était de faire de la culture l’un des ressorts de son développement et de son ouverture au monde. A cette fin, l’émirat a passé plusieurs accords avec de prestigieuses institutions culturelles, comme la Fondation Guggenheim et le ministère de la Culture français en 2007 pour une durée de trente ans.

A la veille de son ouverture, 600 pièces ont déjà rejoint les couloirs du musée, parmi lesquelles 300 prêtées par les plus grands musées français (le Louvre et Orsay pour ne citer qu’eux). Les visiteurs pourront entre autres découvrir demain le portrait dit de « la Belle Ferronnière » peint par Léonard de Vinci, un « Autoportrait » de Van Gogh, « La femme au miroir » du Titien, comme des œuvres de Magritte, Mondrian, Manet et Rodin, sans oublier de nombreuses antiquités d’Orient et d’Occident.