Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Marwan Fagi, le ténor saoudien à suivre

Marwan Fagi a donné le coup d'envoi de la dernière édition du festival d'Abu Dhabi. Un événement au cours duquel le ténor saoudien a interprété une chanson inspire du poème libanais de Nada al Hage "Lost In You".

Bâtir des ponts entre la musique saoudienne et internationale grâce à sa voix est l’espoir de Marwan Fagi, un jeune ténor saoudien qui a ouvert la cérémonie de la 18e édition du festival organisé par la Abu Dhabi Art and Music Foundation en avril dernier.

Intitulé « The Future Starts Now », l’événement a débuté par une performance virtuelle durant laquelle l’artiste a livré une interprétation sensible de « Ateehu Fika » (Lost in You), une composition basée sur un poème de la poète libanais Nada El-Hage, et accompanée des arrangements musicaux du musicien saoudien Rami Basahih.Ce spectacle, dirigé et produit par la célèbre soprano libanaise Hiba Al-Kawas et par les membres de l’Orchestre philharmonique libanais a été  enregistré entre le Musée national de Beyrouth et la Cité internationale des sciences et du savoir Al-Tayebat, un musée du patrimoine islamique à Djeddah.

Pouvez-vous vous présenter et nous dire comment vous avez commencé à chanter?

Mon nom est Marwan Fagi. Je suis un chanteur et compositeur originaire de KSA. J’ai une licence en médias mais je chante depuis l’âge de 3 ans et je joue aussi du Oud. Ma passion pour la musique m’a amené à apprendre auprès de Ghazi Ali, un musicien saoudien des années 1960 qui a côtoyé de nombreux chanteurs arabes en Égypte, au Liban et en Arabie Saoudite. Il a fait figure  pour moi de véritable parrain en m’apprenant à chanter et à affiner la voix.

Quand avez-vous rencontré le succès pour la première fois?

Ma carrière a commencé lorsque j’ai fait ma première apparition télévisuelle au sein du programme Arab Idol en 2012. Après cela, la « Highness Media Production » a produit 3 chansons pour moi et en 2017, j’ai reçu une invitation pour participer à l’émission « The Voice » qui a donné un coup de pouce à ma carrière. Depuis, j’ai produit une comédie musicale dont j’ai assuré la composition et les paroles, avec des arrangements musicaux par le saoudien Rami Baseih. Ce spectacle musical a eu lieu à Budapest avec 82 musiciens et est maintenant classé comme la première chanson philharmonique saoudienne.

Vous avez été choisi pour donner le coup d’envoi du festival d’art et de musique d’Abu Dhabi. Qu’avez-vous ressenti à cette occasion?

C’est une étape importante dans mon parcours de chanteur, car il s’agit d’un festival d’envergure international. J’étais donc très heureux et fier de voir qu’ils m’ont choisi, c’est un grand signe d’appréciation et de respect pour ma voix et mon art.

Pourquoi avez-vous choisi de chanter et d’interpréter « Lost in You », ce poème de la Libanaise Nada al Hage ?

J’ai choisi ce texte en raison de sa grande profondeur poétique et spirituelle. Il parle de l’âme et de ses péchés et du fait que nous avons tous besoin de Dieu à tout moment. C’est aussi un chant d’espoir.

Quelles émotions avez-vous voulu transmettre dans votre interprétation?

Je pense que la musique a un grand rôle à jouer pour rapprocher les gens et pas seulement pour les divertir. J’espère simple que j’ai pu toucher les gens avec cette chanson, et surtout ma communauté.

Qu’avez-vous ressenti en étant encadré et dirigé par la célèbre soprano et compositrice d’opéra Hiba Al Kawas ? Que vous a-t-elle appris ?

Hiba Al-Kawas est une pionnière dans le domaine de l’opéra. Je la connais depuis que je suis enfant, au début des années 2000, et l’un de mes rêves était d’avoir une chanson écrite par ses musiciens. J’ai beaucoup appris d’elle en matière de techniques de chant et d’opéra.  Elle me soutient encore aujourd’hui dans le domaine du chant.

Quels sont vos futurs projets et aspirations ?

J’espère chanter dans des théâtres internationaux et que ma voix soit un pont entre la musique saoudienne et internationale. J’ai des projets sur lesquels je travaille actuellement, notamment des chansons épiques et historiques, mais  aussi sur la création d’un opéra saoudien et d’œuvres théâtrales, dont certaines en collaboration avec le Dr Hiba Al-Kawas.

Quels ont été les premiers chanteurs que vous avez écoutés ? 

J’écoute tous les styles de musique, mais j’ai une préférence pour les chansons classiques. Les premiers chanteurs que j’ai écouté le chanteur saoudien Talal Maddah et la chanteuse libanaise Fairouz, tous deux m’ont donné cet amour et cette passion pour le chant.