Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie Saoudite. Décalé. Innovant.

Meshal Al Shahrani, un Saoudien à la NASA

Meshal Al Shahrani est le premier Saoudien à rejoindre la NASA.

Meshal Al Shahrani est le premier Saoudien à rejoindre la NASA.

Diplômé de la California State University, Meshal Al Shahrani est un ingénieur saoudien qui a rejoint la NASA en août 2016. Il travaille au sein d’une équipe dont la mission principale est de mettre en oeuvre le projet « Microgravité ». Objectif : créer un dispositif capable de simuler un environnement sans gravité sur Terre.

De Saudi Aramco à la Californie

Au début de sa carrière, Meshal Al Shahrani a travaillé pendant quatre ans pour Saudi Aramco avant de partir aux États-Unis, à l’université de San José en Californie pour y étudier l’ingénierie mécanique. Avant ses études supérieures, l’ingénieur avait fait toute sa scolarité à Aqiq, en Arabie saoudite.

Le premier Saoudien à la NASA

Meshal Al Shahrani est le premier Saoudien à rejoindre la NASA, comme l’affirment avec fierté les médias locaux au moment de sa prise de poste. Sur son compte Instagram, il remercie la presse saoudienne et se dit honoré d’être reconnu pour avoir réussi à intégrer la NASA et d’y travailler.

Premier Saoudien à intégrer la NASA, Meshal Al Shahrani a provoqué la fierté des médias locaux au moment de sa prise de poste. Lui-même s’est d’ailleurs dit honoré, sur son compte Instagram, d’avoir été sélectionné pour travailler pour la prestigieuse agence spatiale américaine.

Suivez Meshal Al Shahrani sur Instagram @meshalastic.
Suivez Meshal Al Shahrani sur Instagram @meshalastic.

Simuler la microgravité

Dans son premier communiqué officiel, Meshal Al Shahrani explique que ses recherches vont aider les scientifiques et les chercheurs en bio-ingénierie à analyser des échantillons organiques dans des conditions d’apesanteur, donc sans gravité.

Pendant un an, le dispositif sur lequel travaille l’équipe du projet « Microgravité » va être envoyé dans l’espace pour comparer les résultats entre la gravité zéro réelle, celle obtenue dans l’espace, et celle que Meshal Al Shahrani essaye de recréer sur Terre.