Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Moyen-Orient : Ce qu’il faut retenir sur la Fashion Week

Ce lundi, c’est à Dubaï que s’est ouverte la “Arab Fashion Week”, un événement exclusivement médiatique où, pendant quelques jours, défileront les œuvres des plus grands couturiers de la scène artistique internationale. 

Avec des collections virtuelles, les défilés ont donné un aperçu du glamour de la vieille école de Riyad, des bijoux de Beyrouth et des looks avant-gardistes de la capitale française. Retour sur ces premiers défilés

Lancement de la saison Automne Hiver 2021 pour les créations de la célèbre marque Amato 

L’Arab Fashion Week a démarré lundi 29 mars avec une collection de la célèbre marque émiratie et désormais internationale, Amato.

Grâce à la réalisation d’un film de cinq minutes par le cinéaste Alex Suhorucov  mettant en scène l’ancienne Miss Univers Pia Wurtzbach, Amato a proposé des robes structurées de façon spectaculaire, en tulle et en perles. Malgré un côté gothique prononcé, tout en noir et recouvert de perles, la marque a su mettre en perspective la signature ultra-féminine d’Amato.

« Ce film particulier, même avec ses tons sombres, comporte de nombreux symboles et messages sous-jacents sur la féminité, l’intrépidité, la bravoure, la survie et l’espoir« , a déclaré le dirigeant de la marque dans un communiqué de presse 

Pour accessoiriser leurs tenues, les mannequins portaient un eye-liner en fil de fer barbelé et des tatouages temporaires en forme d’étoiles, d’araignées et de roses pour un look audacieux. 

Mise en lumière du design de la marque Nohma Design

Travaillant dans les disciplines de l’architecture et de la bijouterie fine, ce studio  aux multiples talents a voulu, pendant cette semaine, présenter ses bijoux sous des formes linéaires et tridimensionnelles. 

Audacieux, presque masculins, mais créés pour s’adapter à la main d’une femme, c’est grâce à leur côté novateur et hors du commun que ces oeuvres ont retenu l’attention de l’ensemble des visiteurs virtuels. 

Une belle réussite pour ce créateur qui a su rendre la frontière entre les bijoux et l’architecture, encore plus poreuse qu’elle ne l’était déjà. 

Une collection mixte signée Situationist 

Le jeune styliste géorgien Irakli Rusadze, a lui aussi fait défiler sa marque, Situationist pour l’occasion. 

S’ouvrant sur un manteau de mohair poilu pour les hommes, son créateur a fait découvrir aux nombreux auditeurs sa gamme de manteaux entrecoupés de costumes épars pour les hommes et de robes à motifs audacieux pour les femmes, qui empruntent le style très marquée des années 1980.

Ces évènements sont l’occasion pour ce styliste renommé de présenter sa propre vision de la mode actuelle et d’affirmer l’avenir du progrès et du libéralisme. Pour lui, “les habits ne doivent pas parler de la forme du corps, mais plutôt de la personnalité de la personne qui les portent”. 

Face à la pandémie et aux divers confinements, pari réussi pour ces créateurs variés qui ont su redonner un nouveau souffle au monde artistique international