Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Oscars : le Soudan va-t-il décrocher sa première statuette ?

On ne pense pas créer la polémique en disant qu’il n’est pas, dans le cinéma, de récompense plus convoitée que la petite statuette dorée que s’arrachent les stars d’Hollywood. Le gratin californien n’est d’ailleurs pas le seul à pouvoir prétendre à un Oscar, puisque la compétition est ouverte aux artistes du monde entier (coucou Jean Dujardin). Cette année, pour la première fois, le Soudan pourrait prétendre à s’imposer dans cette course à la reconnaissance.

Amjad Abu Alala, créateur de “You will die at 20”, doit d’ores et déjà s’entraîner, devant sa glace, armé de son pommeau de douche ou de sa bouteille de shampoing, à délivrer un discours d’acceptation du trophée. C’est peut-être un cliché, mais les clichés existent pour une raison, et on a envie de continuer à croire que les stars le font toutes…

Religion et pression sociale

Son film, un long métrage, raconte l’histoire de Muzzamil, un jeune homme “maudit”, qui se heurte au poids des croyances populaires, dans un village de sa région reculée du Soudan.

 

Il a été officiellement nominé en tant que candidature du Soudan dans la catégorie du meilleur long métrage international aux prochains Oscars 2021. Une performance, si l’on considère que c’est seulement le huitième long métrage produit dans le pays.

Une moisson de récompenses

Rappelons également que le film a été présenté en avant-première à la Mostra de Venise en 2019, où il a remporté le prix du Lion du futur, et a également été projeté au Festival du film d’El-Gouna, où il a obtenu l’étoile d’or du meilleur long métrage de fiction. Il n’a donc, déjà, pas à rougir de son parcours, et le réalisateur a sans doute déjà dans sa manche quelques éléments de langage à utiliser lors de son discours dans l’éventualité d’une victoire !