Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Pétrole : un accord sans précédent entre l’Arabie Saoudite et la Russie

En prévision de la récession imminente de l'économie mondiale, l'Arabie saoudite et la Russie ont convenu d'une réduction significative de leur production de pétrole. Cette diminution, de 5 millions de barils par jour chacun, se poursuivra au cours des deux prochaines années, jusqu'en avril 2022, pour compenser une demande sans précédent dictée par le désormais tristement célèbre COVID-19.

La décision est intervenue après de nombreuses spéculations, et finalisée lors de la réunion virtuelle d’hier des 23 membres de l’OPEP+, concluant que les deux grandes nations diminueront toutes deux leur production de 5 millions de barils par jour, tandis que les autres membres décideront de la manière de partager les réductions de production restantes. La réunion virtuelle du G20 d’aujourd’hui répondra à la question très attendue et imminente de savoir si les États-Unis ou le Canada se joindront aux efforts.

Coronavirus en hausse, demande de pétrole en baisse

Aussi importantes que soient les réductions de production de l’OPEP mentionnées ci-dessus, de nombreux experts estiment qu’elles restent insuffisantes pour compenser la baisse sans précédent de la demande de pétrole, due à des blocages à l’échelle mondiale.

 

La lutte acharnée contre le virus a cloué au sol des avions et garé de nombreux véhicules, faisant plonger la demande de carburant partout, sans exception, pour un total d’environ 30 millions de barils par jour, soit 30 % des approvisionnements mondiaux.

 

« En un mot, la baisse de la demande va être plus importante que la baisse de la production », a déclaré Amrita Sen, analyste en chef du pétrole du cabinet de recherche Energy Aspects, au New York Times. Elle estime que la demande diminuerait de 25 millions de barils par jour, soit environ un quart de la consommation normale, en avril.

Des efforts importants sont déployés, mais les experts restent inquiets

 

Le secrétaire général de l’OPEP, Mohammad Barkindo, a admis que l’offre excédentaire de pétrole invendu constituait une menace croissante pour son organisation. « Notre industrie fait une hémorragie ; personne n’a été capable d’enrayer le saignement. Il est impératif que nous prenions des mesures urgentes », a-t-il déclaré sur le site officiel de l’institution.