Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Projection historique de “Les filles d’Abdulrahman” en Arabie saoudite

Dans le cadre du premier festival de cinéma d’Arabie saoudite, trois ans seulement après l’ouverture des salles de cinéma dans le pays, ce film jordanien qui raconte l’histoire de quatre sœurs et de leur lutte pour avoir une place dans la société a été ovationné par un public majoritairement saoudien. Une projection inédite, et une standing ovation révélatrice des nombreux changements qui opèrent dans la société saoudienne. 

Le film raconte la réunion de quatre sœurs, très différentes les unes des autres, dans leur ville natale de Jordanie, afin de rendre visite à leur père, Abdul Rahman. Mais leurs modes de vie sont tellement opposés qu’elles ne parviennent à s’entendre sur aucun sujet, notamment Samah, qui ne mâche pas ses mots (elle est même grossière) face à l’une de ses sœurs très conservatrice qui porte le niqab intégral.

Malgré tout, les quatre jeunes femmes se retrouvent confrontées aux mêmes difficultés : devoir faire bonne figure devant un voisinage avide de ragots, et se défaire des contraintes sociétales liées aux relations amoureuses et à leurs conditions de femmes. 

 

 

“Nous avons voulu promouvoir l’idée que n’importe qui, femme ou homme, doit pouvoir vivre comme il l’entend, faire ce qui le rend heureux” a déclaré la productrice du film, Aya Wuhoush, au micro de Kawa news.

Un film féministe, moderne, qui rentre dans le fond des sujets tabous de la région sans en faire des caricatures grotesques. Dans un pays où les salles de cinéma ne sont ouvertes que depuis trois ans, la diffusion d’un tel film, loin des restrictions imposées par les conservateurs du royaume, est un événement en soi.

Applaudissements du public lors de 3 scènes révélatrices

Si le film oscille entre scènes dramatiques, hilarantes et poignantes, le public saoudien a réagi de manière inattendue lors de cette avant-première à Jeddah. 

Lorsque l’une des quatre sœurs, qui porte le voile intégral, décide enfin de se rebeller contre son mari violent, l’audience a applaudi et crié “bravo” à plusieurs reprises.

Même réaction lorsque cette femme décide de lui rendre les coups qu’il lui avait assenés à plusieurs reprises : le public, pas seulement féminin, a longuement applaudi. 

 

 

Les applaudissements étaient encore plus vifs et bruyants lorsque l’un des personnages centraux du film décide enfin de sortir ce qu’elle a sur le coeur à tout son voisinage, révélant des secrets (pas bien méchants) inavoués, mais aussi une certaine vulnérabilité.

A la fin de la projection, de nombreuses femmes du public sont allées à la rencontre des actrices pour les remercier, les enlacer, leur révéler qu’elles étaient soulagées de se retrouver dans certains personnages du film. Des hommes sont également allés les saluer, mais surtout les féliciter pour leur talent d’actrices.

Il plane comme une impression d’avoir assisté à un événement unique, même historique à Jeddah, pour la projection d’un film puissant, dans une société en plein changement.