Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie Saoudite. Décalé. Innovant.

Qui est Hisham Fageeh, l’humoriste derrière No Woman, No Drive ?

Hisham Fageeh © Toronto Film Festival

Hisham Fageeh © Toronto Film Festival

L'humour comme rempart à l'obscurantisme, voici le leitmotiv d'Hisham Fageeh, acteur et humoriste saoudien qui s'était révélé aux yeux du monde en 2013, en pastichant Bob Marley dans une vidéo luttant pour l'égalité hommes-femmes.

En juin 2018, les lois du Royaume autoriseront les femmes à conduire, activité jusqu’alors réservée à la gent masculine. La part de responsabilité d’Hisham Fageeh dans cette décision historique de Ryad, nous ne la connaîtrons probablement jamais. Une chose est sûre : l’humoriste s’est évertué tout au long de sa carrière à se battre pour l’émancipation des femmes, avec un humour incisif comme seule arme. Son coup d’éclat : un clip cumulant aujourd’hui plus de 15 millions de vues sur YouTube, où l’homme-orchestre parodie le tube cultissime de Bob Marley No Woman, No Cry.

Au cœur de cette chanson, rebaptisée No Woman, No Drive, Hisham Fageeh raille, non sans humour et légèreté, la loi interdisant à ses homologues féminines de conduire, loi qui sera réformée en juin prochain dans le pays.

D’humoriste à star de cinéma

Né en 1987 à Riyad, c’est à l’adolescence, expatrié aux États-Unis, qu’Hisham se découvre des talents d’humoriste, grandement influencé par l’artiste américain Dave Chappelle. Il crée en 2011 une chaîne YouTube intitulée Isboo’iyat Hisham, sorte de vlog satirique en langue arabe, avant de monter sur scène et de se produire en stand-up.

Gonflé par l’immense succès de son clip No Woman, No Drive, il se reconvertit en acteur en 2016, dans le long métrage Barakah Meets Barakah, comédie romantique corrosive au cœur d’un pays ayant autorisé la réouverture des cinémas après une interdiction de 35 ans. Preuve en est que l’amuseur n’a pas fini de bouleverser l’ordre établi.