Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Sofia Zahid : “On a tendance à délaisser la langue arabe en se disant qu’elle est acquise”

Sofia Zahid, fondatrice de la marque de jeu éducatif Jodour.

A la fois mère, ingénieure, et entrepreneuse, Sophia Zahid est surtout la femme à qui l’on doit “Jodour”, une marque de jeu éducatif basée à Casablanca qui vous aide à apprendre la langue arabe et son patrimoine culturel. Cette entrepreneuse d’origine marocaine a su réconcilier les enfants et les plus grands avec l’histoire et la géographie du Maroc. Rencontre…

Si la vie était un dessin animé, Sofia Zahid serait la bonne fée. Il y a quelques années, elle se lance le défi d’apprendre la langue arabe et son patrimoine culturel aux enfants, de façon ludique, à travers sa marque de jeu éducatif “Jodour”, qu’elle crée à Casablanca au Maroc. Une nécessité plus qu’une simple idée de start-up, au moment où son petit garçon fête ses 2 ans. “C’est l’âge auquel les enfants connaissent un “boom” de langage. Or, il progressait surtout en français. Je lui lisais des histoires en français, mais je ne trouvais pas de contenu intéressant pour l’exposer à la langue arabe et l’aider à faire ses premiers dans cette langue”, raconte Sofia.

Jodour, une aventure qui a du sens

C’est peut-être de là que son projet a émergé. “Par la suite, j’ai remarqué chez les enfants un peu plus grands dans mon entourage, qu’ils ne connaissaient pas grand chose de l’histoire du Maroc et parfois même de la géographie de notre pays, raconte la pétillante entrepreneuse. Nous avons un patrimoine qui est très riche et j’ai pensé que c’était dommage qu’il ne soit pas transmis de la meilleure façon possible pour les enfants, à savoir par le jeu. En cherchant et en trouvant un contenu qui n’était pas vraiment adapté, je me suis dit que je devais essayer de faire quelque chose par rapport à cela ”.

La meilleure manière de passer un moment agréable entre soeurs ? durant ces vacances tout en découvrant toutes les…

Publiée par ‎Jodour جذور‎ sur Mercredi 10 avril 2019

Une idée qui dès le début fait sens et qui va parcourir progressivement son bout de chemin. En bon ingénieur, Sofia va réfléchir au concept, aux moyens novateurs de le produire et prendre son temps pour lui trouver un nom, une identité qui résonne avec l’engagement de sa future start-up. “Le mot “Jodour” vient du mot arabe “judhur” pour dire “racines”, explique-t-elle. Le but est de proposer des ressources éducatives innovantes afin de transmettre l’héritage et le patrimoine aux enfants et les reconnecter à leurs racines de façon ludique, à travers le jeu ”.

Le petit Jodour est devenu grand

Comme son propre enfant, Sofia a vu grandir son projet au fil des mois. Consciente de la nécessité de se renouveler pour capter l’attention d’un enfant, l’entrepreneuse marocaine a su diversifier son offre pour, aujourd’hui, faire de Jodour une marque plus qu’un simple jeu. “Sur notre site, nous proposons des jeux éducatifs mais également des livres. Par exemple, Bladi’Map est un puzzle qui a pour objectif de faire découvrir les 12 régions du Maroc de façon ludique. Il y a aussi des illustrations qui sont valorisantes et qui symbolisent une des richesses de la région que ce soit une richesse naturelle, architecturale ou économique”. Elle poursuit : “En plus des ressources éducatives que nous concevons, nous organisons des ateliers d’immersion ludique en langue arabe classique pour les enfants. Nombre de nos clients, principalement des parents, sont venus vers nous avec ce besoin-là.”

Des pionniers détenant la recette du succès

Avec du recul, Sofia Zahid prend conscience de son nouveau statut. Grâce à son initiative inédite au Maroc, elle est devenue une pionnière. “Je pense que l’on pourrait dire qu’on est les seuls concepteurs de jeu éducatif au Maroc”, dit-elle. “C’est vrai qu’on a tendance en général à penser que la langue arabe est quelque chose d’acquis, tout comme le patrimoine marocain pour les enfants nés ici, mais on remarque de plus en plus ces dernières années qu’avec le système scolaire des écoles, qui sont en général privées, et aussi à la maison, on se focalise surtout sur les langues étrangères comme le français ou l’anglais. C’est très bien mais on a tendance à délaisser la langue arabe”.

En quelques années, la marque Jodour a conquis petits et grands, tous plus avides les uns que les autres de découvrir les richesses arabes. Un succès pour cette entrepreneuse qui n’en attendait pas autant. “Depuis le lancement et dans la vision globale de jodour, l’objectif était d’offrir un contenu surtout pour les enfants, mais il est vrai, par exemple avec notre jeu Bladi’Map, qu’on a eu beaucoup de retour de parents nous disant qu’ils en avaient appris des choses en l’utilisant avec leurs enfants”.