Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Une double victoire sur le ring pour le boxeur marocain Hassan Nourdine

Le boxeur italien d'origine marocaine Hassan Nourdine, a remporté fièrement le titre de champion d'Italie de boxe catégorie super-plume, après avoir battu son adversaire portant un tatouage nazi. Un duel controversé et une opinion critique envers la fédération italienne de boxe jugée trop laxiste pour avoir autorisé un boxeur néo-nazi à participer à un combat officiel.

Une victoire doublement symbolique pour le boxeur marocain 

 

Hassan Nourdine, 34 ans et marocain d’origine, a déménagé en Italie avec ses parents lorsqu’il était enfant, et c’est dans ce pays de coeur qu’il réussira à mettre KO Michele Broili, alors âgé de 29 ans, lors du combat qui se tenait dans la ville italienne de Trieste ce dimanche. 

 

Mais cette réussite est double pour le boxeur qui confie “Je ne peux pas nier que battre quelqu’un avec ces tatouages est une plus belle victoire« . En effet, il suffit de visionner le combat pour déceler sur la poitrine de son adversaire de multiples symboles néo-nazis et fascistes, dont la croix celtique mais aussi le chiffre 88, utilisé par les néo-nazis pour faire allusion à la phrase « Heil Hitler ». 

 

Les tatouages de Broili n’étaient qu’un aspect des innombrables références néo-nazies de cette nuit de combats. En effet, avant même qu’il n’arrive sur le ring, ses supporters auraient chanté des chansons nazies et échangé des saluts fascistes, le boxeur faisant lui aussi ce salut à son équipe et à son personnel avant le match.

 

Il aura simplement suffit à notre gagnant de voir cette encre incendiaire pour lui donner encore plus d’énergie et de volonté à gagner le combat. « Voir les tatouages de Broili glorifiant le nazisme m’a dégoûté » dit-il. 

La Fédération italienne de boxe (IBF) critiquée 

 

La Fédération italienne de boxe (IBF) a été très critiquée pour avoir autorisé Broili à concourir. Hassan Nourdine a souligné la gravité des faits. Pour lui, il est inqualifiable de permettre la diffusion de telles images : « Ils auraient dû se rendre compte que ce boxeur avait certains penchants, l’incitation à la haine étant punie par la loi« , « Vous devez faire comprendre aux jeunes que ce sont des messages dangereux. Vous devez leur rappeler que ces symboles ont encouragé le génocide« .

Finalement la fédération a reconnu son erreur et a condamné les tatouages en déclarant qu’elle envisageait des sanctions contre Broili.