Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Une start-up franco-tunisienne révolutionne l’agriculture durable grâce aux insectes

Développer une agriculture durable et plus respectueuse de l’environnement grâce à la culture d’insectes, c’est la mission que s’est donnée la start-up franco-tunisienne nextProtein. Une voie encouragée par la récente levée de fond de 10,2 millions d’euros qu’elle vient de réaliser.

La crise récente du coronavirus a démontré la limite de nos systèmes de production et d’exploitation en matière agricole. L’occasion de rappeler la nécessité de développer une agriculture plus durable et respectueuse de l’environnement. C’est ce qu’a développé la start-up franco-tunisienne nextProtein lorsqu’elle a décidé en 2015 de créer des ingrédients pour l’alimentation animale dérivée de larves d’insectes.
En utilisant les larves de la mouche soldat noir afin de convertir les déchets alimentaires autorisés par l’UE en nourriture pour animaux, la société espère accélérer l’agriculture durable et répondre à la pénurie alimentaire annoncée par l’augmentation croissante de la population mondiale. Avec une unité de production en Tunisie, et un siège sociale à Paris, nous avons rencontré l’une des co-fondatrices de nextProtein, Syrine Chaalala, afin de discuter du rôle des insectes dans le futur de l’agriculture durable.

 

Comment est né votre intérêt pour l’agriculture industrielle durable?

En 2013, je travaillais à Madagascar comme spécialiste des opérations d’urgence pour l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), où nous essayions de combattre et empêcher les colonies de criquets de décimer les cultures et moyens de subsistance de la population. J’ai alors pu observer la capacité incroyable des insectes de créer des protéines rapidement. C’est alors qu’avec mon partenaire, Mohamed Gastli, nous avons commencé à réfléchir à la production d’une protéine à base d’insectes qui puisse constituer un moyen durable de répondre à la demande croissante du marché de l’alimentation animale à l’échelle mondiale.

 

En quoi les protéines d’insecte constituent une solution à l’agriculture durable?

Les protéines d’insectes fournissent une réponse à plusieurs problèmes de société actuels majeurs, comme la croissance de la population, la hausse de la demande en poisson et en viande, mais aussi la dégradation de l’environnement. Nous fabriquons aujourd’hui de la poudre de protéine pour l’élevage de poissons, de volailles, de cochons ainsi que pour les animaux domestiques, ce qui se substitue à des sources d’alimentation plus consommatrices en ressources ou plus coûteuses. Pour vous donner un exemple, un kilogramme de protéines d’insectes permet d’économiser trois kilos de poissons capturés dans l’océan pour servir de nourriture aux poissons. Notre méthode de production ne requiert presque pas d’eau et possède une empreinte carbone faible. Le premier site de production de nextProtein, qui se situe en Tunisie dans la région du Cap Bonk utilise beaucoup moins de terrain et d’énergie comparativement à d’autres sources de protéines traditionnelles comme le boeuf et le soja.

 

Quels ont été vos principaux défis?

Nous avons travaillé dur pour devenir l’acteur le plus économique du marché, et répondre à l’échelle de la demande. Pour délivrer notre promesse, nous devons toujours être à l’avant-garde de l’innovation en termes d’agriculture verticale. Et comme nous souhaitons démocratiser une nouvelle industrie agricole plus respectueuse de l’environnement, il est très important pour nous de maintenir des hauts standards afin de construire et préserver la confiance des consommateurs en nos produits. Pour cela, nous essayons par exemple de bousculer les standards de l’industrie actuelle qui utilisent des produits dérivés des céréales dans l’alimentation des insectes, en ayant recours à des matières premières locales, non désirées et disponibles en large quantités, comme les fruits les légumes gâchés, afin de les réintégrer dans nos systèmes alimentaires.

 

 

Vous avez récemment levé 10,2 millions d’euros d’investissements. Quels sont plans pour l’avenir de nextProtein avec cette nouvelle rentrée d’argent?

Ce dernier investissement va nous permettre de construire un deuxième site de production de pointe, de recruter de nouveaux talents et d’accélérer nos programmes de recherche et de développement. Nous planifions également d’augmenter notre capacité de production à 100 000 tonnes par an d’ici 2025, soit 10% du marché mondial de la protéine d’insectes et espérons ainsi continuer de démocratiser la protéine d’insectes comme fourrage de base pour les animaux et l’aquaculture. Cette levée de fond va, nous l’espérons, nous permettre d’ouvrir la voie et le marché à une nouvelle génération d’entreprises spécialisées dans les produits dérivés d’insectes.